Archives pour la catégorie ZAD | Zones à Défendre

Terres ( de lutte ) en vue !

Deux nouvelles terres de lutte à rallier si le cœur vous en dit :

1- LA DÉFENSE DES CONTRATS AIDÉS
L’appel vidéo de Ruffin :

Et pour commencer, signez la pétition .


2- LE SOUTIEN ANGEVIN AUX RÉSISTANTS DE BURE

Rejoignez le collectif angevin,
contact sur
 soutien-bure49@riseup.net

Et retrouvons-nous le plus tôt possible,
Où et quand ?

Et n’oublions jamais : la  LUTTE  est  belle, ça se voit sur les visages :

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Mercredi 13 septembre, foutez leur la paix !

Le 11 juillet 2017, les forces de police procédaient à l’expulsion d’une vingtaine de demandeurs d’asile africains de « La Vendange », maison vouée à la démolition, propriété de la Communauté d’Agglomération d’Angers et réquisitionnée par divers collectifs de soutien aux migrants. Depuis, ces personnes  ont trouvé refuge dans une autre maison laissée à l’abandon et appartenant aussi à l’Agglo, au n°41 de l’avenue Maurice Tardat, joliment baptisée « La Rose ».
Réinstallation réussie avec les moyens du bord depuis deux mois donc pour retrouver un semblant de vie : nettoyage du lieu, aménagement de couchages, réparations et branchements de fortune, contacts noués avec les habitants du quartier, tenue d’une permanence tous les lundis de 18h à 19h…
Mais voilà, les pouvoirs publics ont décidé une nouvelle fois que tout ça était bien trop beau pour des gens qui « ne sont rien » et mercredi prochain 13 septembre, nos amis seront une énième fois assignés au Tribunal d’Instance en vue de leur indispensable expulsion.

APPEL : Soyons nombreux mercredi 13 septembre à venir les soutenir devant le Tribunal d’Instance à 14 heures ( 39 bd de Coubertin, près du stade Jean Bouin ).
Ne vous trompez pas ! En appelant à une véritable mobilisation, nous ne défendons pas uniquement l’occupation d’un lieu. Il s’agit de dénoncer le système économique qui met à mal les droits humains et le respect de ces droits par les différents pouvoirs. Il s’agit de se poser face à un mouvement inéluctable qui ne cesse de s’attaquer aux franges les plus vulnérables de notre société.
Vous êtes les bienvenus pour soutenir les occupants de La Rose et d’une façon plus large pour défendre une autre vision de notre société.
Enregistrer

Enregistrer

Mardi 18 venez fêter la fraternité à la Rose

Mardi 18 juillet à partir de 19 heures,
nous invitons tous les Angevins à venir fêter à La Rose
la victoire de la fraternité sur la bêtise et la haine.
Apportez votre pliant et un petit quelque chose
à boire ou à manger.
Et si vous êtes sur la route des vacances,
n’oubliez pas de noter cette adresse
pour nous envoyer une jolie carte postale
avec un petit message de soutien.
La boîte aux lettres est déjà posée,
nous les lirons au cours de la soirée.Si nous réjouissons bien sûr d’avoir réussi à mettre à l’abri
provisoirement les demandeurs d’asile de La Vendange,
nous restons préoccupés et engagés dans la recherche
de solutions pour les familles roms des deux autres squats.
Et nous saluons particulièrement
les habitants des Trois Paroisses
qui ont subi le même sort indigne mardi dernier
pour leur magnifique appel à résistance !

Plan d’accès à La Rose :
( entrez par le grand portail métallique gris en face du lycée )
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Journée portes ouvertes au Squat de la Rose

Jetés du Port de l’Ancre, jetés de la Petite Pignonnière, jetés du Château de Moulinsart, jetés aujourd’hui de La Vendange, nos obstinés migrants amoureux de la douceur angevine, ont repris une nième fois leur matelas sur le dos  pour aller quérir asile ailleurs …
Voilà c’est chose faite, un nouveau coin de paradis réquisitionné les attend. Ce sera  La Rose, au 41 avenue Maurice Tardat, juste devant le Lycée Professionnel Simone Veil. Cette maison laissée à l’abandon depuis plusieurs années est la propriété de l’Agglo, nous nous réjouissons donc que nos impôts servent à ce beau geste humanitaire !

Alors oui bien sûr, les grands de ce monde nous feront savoir une nouvelle fois que nous vivons dans un État de « droit » et qu’il y a des règles à respecter. Nous leur répondrons que bien avant le respect des lois, il y a celui des personnes et qu’avant d’ouvrir leurs grands livres de justice, ces braves gens feraient mieux d’ouvrir leurs yeux, leurs oreilles et leur cœur. Ou bien encore plus simplement, si vraiment ils ne comprennent toujours pas : FOUTEZ-LEUR LA PAIX !

N’hésitez pas à faire un saut, à apporter des bouteilles d’eau potable, des fruits, du café chaud ou bien simplement passer dire coucou…
Plan d’accès au Squat de la Rose :
( entrez par le grand portail métallique gris en face du lycée )

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Soutien aux migrants : après le barrage, on vous attend pour le jardinage

Dimanche 14 mai, nous débuterons un potager collectif
sur les terres du squat de La vendange où vivent une trentaine
de demandeurs d’asile depuis le mois de septembre 2016.
La plupart de ces migrants sont des anciens occupants
du Château de Moulinsart et se trouvent trimbalés
de réquisition en réquisition depuis de trop nombreuses années suite aux expulsions inconséquentes décidées par les autorités.
Cette journée sera pour nous, un signe fort
adressé aux pouvoirs publics ( et d’autres suivront…)
pour leur dire que nous exigeons le maintien de ces personnes
dans leur lieu de vie actuel tant qu’aucune solution pérenne
de relogement ne leur sera proposée.
Car si la menace du Front national est écartée pour 5 ans,
celle de  leur expulsion reste hélas toujours d’actualité
et nos frères étrangers n’ont obtenu qu’un maigre répit de 2 mois.
Alors, venez avec nous participer à la création de ce jardin solidaire
dans cette maison, propriété d’Angers Loire Métropole,
qui ne demande qu’à résonner de joie de vivre et de solidarité.
Les élections passent, la lutte continue !
Dimanche 14 mai,  toute la journée à partir de 11 heures :
Jardinage, bricolage, rencontre…
Apportez vos outils, vos plants, vos graines, vos jeux, vos envies.
Piquenique sur place
Plan d’accès :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Du souci pour les soucis

Samedi dernier, nous étions venus « en visite », armés de notre seule bienveillance…
Des voisins fort sympathiques nous avaient aidés à débarrasser la Friche des jardins de tous ses détritus, à débroussailler, à désherber, à bêcher et à planter un joli parterre de soucis.
Et puis voilà qu’hier, d’autres voisins moins accueillants ont jugé nécessaire de couper court à nos envies de nature, d’amitié et de partage. Ils ont refermé le portail que nous avions laissé grand ouvert et retiré la belle plaque de bienvenue que nous avions confectionné à leur intention.
En réaction à notre souhait de faire vivre la Friche des jardins, j’aurais compris l’inquiétude, j’aurais accepté l’indifférence mais je reste désemparé devant cette fin de non recevoir, cet acharnement à faire disparaitre toute trace de notre venue, comme si nous avions commis je ne sais quelle vilenie.
Mais malgré tout, je veux croire que ces actes ne sont que la provocation de quelques « braves gens qui n’aiment pas qu’on suive une autre route qu’eux », sans doute effrayés par cet espace de liberté inattendue. Pensez, que de simples citoyens puissent laisser libre cours à leur envie de bonheur sans même en référer au bon vouloir des autorités ! Alors je préfère oublier ces éternels gardiens de l’ordre établi, ces rabat-joie qui ne connaissent que la défiance et le repli sur soi.
Et pour  me remonter le moral, je m’en vais gratouiller sur ma guitare La visite de Brassens mais franchement, le cœur n’y est pas…
Yohann, je me fais du souci pour tes soucis.
On n’était pas des Barbe-Bleue, ni des pelés, ni des galeux
Porteurs de parasites.
On n’était pas des spadassins, on venait du pays voisin
On venait en visite.
On n’avait aucune intention de razzia, de déprédation
Aucun but illicite
On venait pas piller chez eux, on venait pas gober leurs œufs
On venait en visite.
On poussait pas des cris d’Indiens, on avançait avec maintien
Et d’un pas qui hésite.
On braquait pas des revolvers, on arrivait les bras ouverts
On venait en visite.
Mais ils sont rentrés dans leurs trous, mais ils ont poussé les verrous
Dans un accord tacite.
Ils ont fermé les contrevents, caché les femmes, les enfants
Refusé la visite.
On venait pas les sermonner, tenter de les endoctriner
Pas leur prendre leur site.
On venait leur dire en passant, un petit bonjour innocent
On venait en visite.
On venait pour se présenter, on venait pour les fréquenter
Pour qu’ils nous plébiscitent.
Dans l’espérance d’être admis et naturalisés amis
On venait en visite.
Par malchance, ils n’ont pas voulu de notre amitié superflue
Que rien ne nécessite.
Et l’on a refermé nos mains, et l’on a rebroussé chemin,
Suspendu la visite.
( La visite  –  Georges Brassens )

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le convoi est arrivé ! Solidarité et résistance !

Il est des moments inoubliables dans notre existence.
Celui que nous venons de vivre
restera l’un des plus émouvants de ma vie…

Nous ( les 62 convoyeurs solidaires ) sommes arrivés a destination.
Après des tours de place à brandir nos drapeaux,
nous avons rencontré des gens extraordinaires !
Je pleurais derrière ma caméra, les camarades aussi,
nous ne nous connaissions pas voilà quelques jours
et nous venons de vivre ensemble
un moment de solidarité et de fraternité très intense
au point que nous nous tombions tous dans les bras.
Ce moment fera perdurer en nous tout l’espoir
que l’on porte à l’humanité, nous les utopistes, les anarchistes,
les insoumis, les zadistes, les squatteurs….
Ensemble, nous avons réussi.
Les enfants sont épatants, ils ont plein de nouveaux copains déjà
et peu importe la langue, peu importe le parcours,
ils se tiennent déjà la main et se partagent leurs jeux.
Aujourd’hui, nous pleurons de joie et nous avons repris toutes nos forces.

Nous vaincrons, ça ne fait nul doute…
  ( Éloise, Maud, Yannis et les autres )

Merci à tous les cœurs vivants, ici à Angers comme ailleurs,
qui ont rendu cette aventure possible. Solidarité et résistance !
Plus d’infos sur le site de Yannis Youlountas.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer