Archives pour la catégorie ZAD | Zones à Défendre

Dimanche 8 juillet crémaillère à la Noë verte

Rendez-vous dimanche 8 juillet
pour pendre la crémaillère de notre Cabane enchantier,
la cabane collective angevine construite à partir de 2016
sur les terres de la Noë verte.
Si vous ne connaissez pas encore la Zad de Notre-Dame des Landes,
ce qui s’y fait, ce qui s’y dit, ce qui s’y joue
n’hésitez pas à nous accompagner.
Ce dimanche 8 juillet sera un grand moment festif
de rencontre et d’échanges
dans le cadre des journées ZADenVIES.

COVOITURAGE au départ d’Angers DIMANCHE 8 JUILLET
( on avisera dimanche matin suivant le nombre de voitures )
Merci d’indiquer votre participation sur framadate
9 heures : départ d’Angers, place de La-Rochefoucauld
devant le musée Jean Lurçat
11h-12h : découverte de la Noë verte,
discussion avec les habitants
12h-14h : piquenique partagé à la Noë verte
et pendaison de la crémaillère
14h-17h : voir la programmation Zadenvies
( chantiers, expos, conférences, visites, débats… )
17h-18h : moment musical à la Noë Verte
pour ceux qui le souhaitent
18h30 : départ de la Noë verte pour un retour
à Angers vers 20h, place de La-Rochefoucauld.

 

Publicités

Mercredi 27 juin 18 heures Silence !… On cogne !

Contre la répression tous azimuts de la machine étatique
à Bure comme ailleurs
contre les militants écologistes, solidaires, syndicaux, politiques…
Rassemblement mercredi 27 juin en bas de la place du Ralliement,
à l’entrée de la rue Lenepveu à partir de 18 heures.
Communiqué commun du Réseau « Sortir du nucléaire »,
Bure Zone Libre, BureStop55, Cedra 52, EODRA, publié le 22 juin :
« Ce mercredi 20 juin, le mouvement d’opposition au projet Cigéo à Bure
a été frappé par la vague de répression la plus massive
que nous ayons jamais connue en plus de 20 ans de lutte.
11 lieux militants, lieux de vie et lieux de travail ont été perquisitionnés, des portes ont été défoncées sans sommation,
des militants jetés à terre et menottés, des intimités ont été violées,
du matériel et des documents personnels et militants ont été embarqués.
10 personnes de notre mouvement ont été arrêtées.
À l’heure où nous écrivons, plusieurs sont encore en garde à vue
et nous ne savons pas si elles vont être libérées ou placées en détention.
Militant.e.s membres des associations ou sans-étiquette,
investi.e.s de longue date ou ayant fait le choix récemment
de s’installer sur le territoire pour y vivre :
dans leur diversité, les personnes arrêtées ont en commun
une forte implication contre le projet Cigéo.
Parmi elles, on compte également un avocat de la lutte,
qui assistait nombre de militant.e.s.
Son bureau a été perquisitionné, suite à quoi il a été arrêté :
or comme l’ont rappelé 50 de ses confrères,
cette arrestation porte atteinte au droit de défendre et d’être défendu.
Il s’agit donc d’un acte extrêmement grave.
Les chefs d’accusation qui pèsent sur nos ami.e.s sont insensés, amalgamant pêle-mêle : association de malfaiteurs, violence en réunion, accusation d’avoir « dirigé le black block » au G20 de Hambourg…
Ce à quoi rime ce délire, nous le savons trop bien :
en réponse aux critiques fondées formulées à l’encontre de Cigéo,
à la montée d’une exaspération légitime contre ce projet imposé,
les promoteurs du projet n’ont d’autre recours que de saisir
n’importe quel prétexte et instrumentaliser des faits isolés
pour criminaliser les opposant.e.s.
Nous voyons ici se monter sous nos yeux une nouvelle « affaire Tarnac », dont l’objectif est de détourner l’attention
des risques réels du projet Cigéo, de construire de toute pièce
des suspects et d’affaiblir la lutte.
En s’attaquant à des personnes engagées, l’état criminalise
celles et ceux qui s’organisent et tente de semer la peur et la division
dans les milieux militants.
En réponse à cette construction politique et policière délirante,
nous réaffirmons notre unité et notre solidarité.
N’en déplaise aux promoteurs de Cigéo, notre mouvement
ne se laissera pas écraser ainsi et nos associations ne plieront pas
par peur d’être les prochaines sur la liste.
Nous constatons qu’il n’est pas anodin que ce coup de force survienne précisément maintenant, quelques jours après la plus grande manifestation contre Cigéo survenue à Bar-le-Duc
depuis une douzaine d’années, marquant un renouveau
du soutien populaire à l’opposition à ce projet
qui révèle de jour en jour son infaisabilité.
Alors même que des ateliers devaient avoir lieu cette semaine à Bure
pour ancrer la mobilisation dans la durée.
Si cette mobilisation – qui prend de l’ampleur- gêne,
c’est bien que le gouvernement est aux abois !
L’État réprime aujourd’hui ce qu’il a tenté d’étouffer pendant des années.
Il n’est pas anodin non plus que la répression frappe
alors que la filière nucléaire est en pleine déconfiture,
les failles de Cigéo ne faisant que s’ajouter aux retards de l’EPR de Flamanville et aux difficultés économiques d’EDF,
qui poursuit sa fuite en avant et refuse de fermer des réacteurs.
Enfin, cette vague répressive survient alors que le gouvernement,
suite à l’expulsion du Bois Lejus et à la vague d’émotion qu’elle a suscitée, a annoncé de nombreuses « consultations »
et un débat sur les déchets radioactifs à l’automne.
De qui se moque-t-on ?
Qui peut prétendre que les conditions du débat sont réunies,
alors que des personnes fortement impliquées contre Cigéo sont jetées
en garde à vue pendant des jours et blessées dans les manifestations ?
Nous ne nous laisserons pas intimider.
Nous appelons toutes celles et ceux qui se reconnaissent
dans cette lutte à dénoncer cette répression
et à ne pas être dupes des discours du gouvernement.
• La répression ne nous fera pas taire, nous sommes solidaires !
• Déchets radioactifs : ni à Bure, ni ailleurs.
Ne pas enfouir, arrêter d’en produire !
• On ne nous atomisera jamais ! »

A lire aussi sur Mediapart  :
A Bure, la complémentarité des pratiques fait peur au gouvernement.
Pétition à signer ICI.
Pour joindre le comité angevin de soutien à Bure :
soutien-bure49@riseup.net

Pas de poubelle nucléaire ni à Bure ni ailleurs !

SAMEDI 16 JUIN
Participez à la grande journée pour faire échec

à l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure
 et à un monde résigné au nucléaire.
Un car partira d’Angers, réservez votre place dès maintenant.
( inscription en bas de l’article )

Bure : c’est dans ce petit village de la Meuse
que l’industrie nucléaire veut enfouir
ses déchets les plus dangereux, qui resteront radioactifs
pendant des centaines de milliers d’années.
Depuis 1993, nous avons actionné sans relâche
tous les leviers de l’opposition légale.
Nous nous sommes confronté-es aux élu-es de la nation,
des régions et des départements,
toutes et tous issu-es des grands partis institutionnels.
Nous avons été reçu-es dans les cabinet ministériels.
Résultat : un mépris total de nos arguments
et un projet qui avance inexorablement.
Aujourd’hui, une nouvelle génération de militant-es
s’est installée dans les environs de Bure.
En assumant d’occuper les lieux stratégiques,
elle bouscule nos pratiques en même temps
qu’elle ragaillardit nos convictions.
Grâce à elle de beaux résultats ont été obtenus
et le projet de Bure vacille.
Pour y aller :
Car au départ d’ANGERS : rendez-vous le samedi 16 juin à 01h45 Place La Rochefoucauld pour un départ à 02h00
Arrêt à TOURS à 03h00/03h15 (lieu à déterminer)
Arrivée à BAR LE DUC vers 09h45

Sur place : Le matin pour réfléchir, l’après-midi pour agir !

En fin de journée spectacle de la Compagnie Jolie Môme,
retour après la fin du spectacle

Pour en revenir :
Retour en car le samedi 16 juin :  départ vers 19h30
de BAR-LE-DUC pour une arrivée le 17 juin 2018
vers 02h15 à TOURS puis 03h30 à ANGERS
Tarif aller-retour : 35 € par personne 
Participation libre pour petits budgets
Les dons sont les bienvenus, ils permettent justement
aux petits budgets de venir en déboursant peu ou rien.

Inscription au bus (ou don)  :  ICI
Pensez à cliquer sur « Soumettre » à la fin
pour valider votre inscription ou don
.

 Renseignements : Eric BOUYER 06 85 04 92 31

 

 

 

Samedi 9 juin 15 heures Avis aux bricoleurs

Rendez-vous samedi 9 juin à partir de 15 heures
pour une après-midi de bricolage à La Vendange.

Préparation de la montée en car des Angevins à Bure
qui se fera le samedi 16 juin :

– construction de banderoles, de masques, de sculptures
– répétition de chants et de saynètes antinucléaires

Préparation de la journée mondiale des réfugiés qui se tiendra
place Lorraine à Angers le mercredi 20 juin :
– construction de banderoles, de pancartes, de panneaux
– répétition de textes et de chansons

Apportez tout ce qui peut servir :
cartons, bois, tissus…
colle, agrafeuse, punaises, ficelle, fil de fer, clous…
crayons, feutres, peintures, outils…

Sans oublier un petit quelque chose pour le goûter !
Si vous aimez jardiner, il y a aussi de quoi faire.
Si vous aimez enseigner, les jeunes exilés sont aussi demandeurs.
La Vendange est un lieu auto-réquisitionné, propriété de l’Agglo,
qui sert de refuge à une quinzaine de mineurs isolés étrangers.
Si vous désirez les aider, vous trouverez ICI la liste de leurs besoins.
Merci pour eux.

Plan d’accès à La Vendange ( sortie d’Angers, route de Paris ) :

19 avril, journée fertile !

Depuis des semaines, une vague de colère ne cesse de monter
dans tout le pays contre les attaques de Macron.
Dans les universités, les lycées, les gares, les hôpitaux,
les grandes surfaces, à EDF, à la poste, dans les écoles …
On ne compte plus les secteurs, toujours plus nombreux,
qui entrent en lutte, partout, contre la politique de Macron.
Une politique qui conjugue les cadeaux aux plus riches,
la guerre aux plus pauvres et la répression la plus dure.
Pour faire reculer ce gouvernement qui ne répond
que par l’arrogance et la matraque,
à nous de nous rassembler, d’unir nos forces
et à la fin c’est nous qu’on va gagner !
Après la manif du matin, on ne rentre pas bêtement à la maison.
Rendez-vous sur la place du Ralliement :
piquenique, assemblée populaire, convergence des luttes
en présence de Yannis Youlountas, le réalisateur franco-grec
qui nous présentera son nouveau film L’amour et la révolution
le soir-même au cinéma Les 400 coups à 20 heures.
Un stand de collecte sera dressé tout au long de l’après-midi
sur la place du Ralliement pour recueillir vos dons
( voir la liste des besoins )
Répondons présent à ce nouvel appel à soutien
avec ceux qui n’ont cesse de lutter en Grèce face à l’austérité
en organisant des lieux solidaires autogérés :
cuisines gratuites, dispensaires médicaux
et centres d’accueil pour migrants.
Apportons chacun notre « part »
pour lutter contre le feu de la tourmente grecque
comme dit le petit colibri… OUI mais
SANS OUBLIER de dénoncer et de combattre sans relâche
les pyromanes ivres de pouvoir et d’argent
qui allument un peu partout sur la planète ces brasiers de misère,
de destruction et de désespoir
dans lesquels nous allons disparaitre.

Le temps est venu… Appel à venir en masse !

Rendez-vous samedi 14 avril
pour participer à la grande manifestation populaire
dans les rues de Nantes aux côtés de tous ceux qui luttent
actuellement pour mettre en échec ce gouvernement.
( à 16h30 place du Cirque )
Nous nous donnons rendez-vous pour un grand covoiturage
collectif samedi matin à 10h30, place de la Rochefoucauld
( en face du musée Jean Lurçat ).
Nous prendrons le temps d’organiser au mieux le soutien angevin :
transport du ravitaillement en bouffe, en matériel médical
ou en matériaux de construction ( voir les besoins )
Certaines voitures choisiront de rejoindre la Zad
avant la manif ou bien samedi soir après la manif
et d’y rester le dimanche ou plus…
Un lieu d’hébergement vient juste d’être ouvert
par les étudiants nantais pour loger
toutes les personnes qui viendront aider !
Il s’agit à nouveau du bâtiment Censive
sur le campus du Tertre.
Y SERA ORGANISÉ UN GRAND COVOITURAGE
DIMANCHE MATIN POUR PARTIR SUR LA ZAD
A 8 HEURES.



Appel de la Zad : rendez vous dimanche 15 avril 2018,
à midi, le long du chemin de Suez :
« L’État a décidé cette semaine de détruire brutalement
l’expérience collective dans la Zad.
Nous résistons chaque jour – habitant.e.s, soutiens, paysan.ne.s,
voisin.e.s, jeunes et anciens.
Nous le faisons avec notre coeur, nos corps, nos liens,
avec toute la force qui s’est enracinée dans le bocage
en 50 ans de luttes et d’espoirs accumulés.
Mais l’État continue à arracher des maisons, des fermes, des espaces
agricoles et des ateliers, à piétiner des jardins, à raser tout ce qui est beau. Nous avons avons besoin de vous sur le terrain maintenant !

A toutes celles et ceux qui sont passés rien qu’une fois ici,
à toutes celles et ceux qui auraient pu et pourront demain.

A toutes celles et ceux qui pensent qu’il faut
des espaces d’expérimen
tation collective
et continuer d’inventer des vies magiques face à ces barbares.

A toutes celles et ceux qui croient qu’il est encore possible de résister
face aux rouleaux compresseurs de la marchandisation du monde
et la destruction du vivant.

Il reste 3 jours pour s’organiser pour venir en masse
dans le bocage dimanche. Parlez-en partout autour de vous,
amenez des ami.es.

Le temps est venu de nous retrouver pour dire que la Zad doit vivre,
panser ses plaies, se reconstruire…. »

( l’assemblée de lutte contre les expulsions de la Zad )

Appel de la Zad contre Macron et son monde

Rendez-vous samedi 14 avril
pour participer à la grande manifestation populaire
dans les rues de Nantes aux côtés de tous ceux qui luttent
actuellement pour mettre en échec ce gouvernement.
Le délai pour organiser un car étant trop court,
nous nous donnons rendez-vous pour un grand covoiturage
collectif samedi matin à 10h30, place de la Rochefoucauld

( en face du musée Jean Lurçat ).
Certaines voitures choisiront de rejoindre la Zad
samedi soir après la manif et d’y rester la journée du dimanche.
Si vous êtes intéressé, prévoyez votre sac de couchage
et votre  ravitaillement.

Appel de la Zad aux cheminots, aux étudiant-es, aux grévistes d’Air France, de Carrefour et à toutes celles et ceux qui luttent

CONTRE MACRON ET SON MONDE

« Des licenciements consécutifs à la loi travail, de la sélection à l’université à la déportation des immigrés, c’est la même logique étatique qui considère les êtres vivants comme des marchandises, le même bulldozer anti-social qui tente de bousiller nos vies. Pourtant, dans les universités occupées et sur les piquets de grèves, sur la ZAD et dans la rue, la colère monte et éclate. Sur les nombreux fronts de lutte, activés en réaction à la politique-carnage du gouvernement, un besoin urgent se fait sentir : s’unir pour que la peur change de camp.
Ici, dans le bocage de NDDL, la résistance à l’opération militaire prend des airs de guerre civile : destructions de nos lieux de vies, véhicules blindés, survols de drônes, maîtres chiens, largage de grenades désencerclantes par hélicoptère, exhibitions d’armes à feu et plus de trente blessés hier, probablement le double aujourd’hui, dont plusieurs mutilations irréversibles. Malgré cela, la résistance continue à l’image du mouvement anti-aéroport : joyeuse, déterminée et multiforme. Des caillassages et pique-niques de cheveux gris, des bals de tracteurs aux barricades, d’incendies de tractopelles aux jets de peintures en passant par les ravitaillements des cantines, l’énergie déployée ici tire ses sources de vos solidarités. Celle des riverains, des paysan-nes, des habitant-es historiques, des comités de soutiens locaux et à l’internationale, de tous les renforts plus nombreux chaque heure qui passe. Et savoir que des facs sont occupées, des trains et des avions à l’arrêt, des supermarchés bloqués nous fait nous sentir pris dans un mouvement plus global qui tente de stopper ce gouvernement dans sa course folle vers la catastrophe générale.
Malgré le déchaînement de brutalité absurde de cette opération, qui prouve que ce gouvernement n’a plus que la terreur comme seul argument, il reste certain que nous allons continuer à durer et construire ici. Nous sommes trop nombreu-ses à connaître les chemins, bois et prés du bocage. Nous tirons notre force de toute la rage et l’espoir de tous celles et ceux qui veulent changer ce monde. La ZAD est inexpulsable.
Une fois que seront expulsés les véhicules blindés, les hélicoptères, les fourgons et les 2500 flics de notre bocage chéri, soyez sûr-es qu’on se retrouvera dans vos amphis, piquets de grève et dans la rue pour poursuivre nos combats.
Merci pour vos solidarités, vos luttes et votre diversité. »
( L’assemblée de lutte contre les expulsions de la ZAD )

« Universités, cheminots, ZAD … Le gouvernement Macron attaque sur tous les fronts avec une violence inédite ! Répondons lui toutes et tous ensemble. Alors que 2500 gendarmes prennent d’assaut Notre-Dame-des-Landes, que des dizaines d’universités sont bloquées contre la sélection, et que la grève des cheminots est en cours, faisons converger les colères. La victoire d’une de ces luttes, c’est la victoire de toutes et tous. Ensemble, nous pouvons faire reculer ce gouvernement.
Rendez-vous à Nantes, à 16H30, Place du Cirque, samedi 14 avril ! »