19 avril, journée fertile !

Depuis des semaines, une vague de colère ne cesse de monter
dans tout le pays contre les attaques de Macron.
Dans les universités, les lycées, les gares, les hôpitaux,
les grandes surfaces, à EDF, à la poste, dans les écoles …
On ne compte plus les secteurs, toujours plus nombreux,
qui entrent en lutte, partout, contre la politique de Macron.
Une politique qui conjugue les cadeaux aux plus riches,
la guerre aux plus pauvres et la répression la plus dure.
Pour faire reculer ce gouvernement qui ne répond
que par l’arrogance et la matraque,
à nous de nous rassembler, d’unir nos forces
et à la fin c’est nous qu’on va gagner !
Après la manif du matin, on ne rentre pas bêtement à la maison.
Rendez-vous sur la place du Ralliement :
piquenique, assemblée populaire, convergence des luttes
en présence de Yannis Youlountas, le réalisateur franco-grec
qui nous présentera son nouveau film L’amour et la révolution
le soir-même au cinéma Les 400 coups à 20 heures.
Un stand de collecte sera dressé tout au long de l’après-midi
sur la place du Ralliement pour recueillir vos dons
( voir la liste des besoins )
Répondons présent à ce nouvel appel à soutien
avec ceux qui n’ont cesse de lutter en Grèce face à l’austérité
en organisant des lieux solidaires autogérés :
cuisines gratuites, dispensaires médicaux
et centres d’accueil pour migrants.
Apportons chacun notre « part »
pour lutter contre le feu de la tourmente grecque
comme dit le petit colibri… OUI mais
SANS OUBLIER de dénoncer et de combattre sans relâche
les pyromanes ivres de pouvoir et d’argent
qui allument un peu partout sur la planète ces brasiers de misère,
de destruction et de désespoir
dans lesquels nous allons disparaitre.

Publicités

Ils écraseront les fleurs mais ils n’arrêteront pas le printemps !

Parce que je ne supporte plus ce mépris,
ces calomnies et ces violences que l’on professe
à l’encontre de toutes ces personnes magnifiques
que l’on rencontre en se rendant sur la Zad,
de leur désir de construire autrement,
de leur souhait de vivre autre chose.
de leur volonté d’enraciner l’avenir.
Ouvrez grand vos yeux, voyez la bonté et la joie de vivre.
Ouvrez grand vos oreilles, entendez le courage et la raison…

Le nouveau monde, c’est nous.
Le nouveau monde qu’ils nous proposent n’est que le rejet né de la souche en décomposition de leur ancien monde. Il est issu des mêmes racines, nourri de la même sève. Il ne prend pas en considération les nouveaux enjeux. Il réinvente toujours les mêmes solutions pour résoudre les conflits qu’il engendre sans jamais s’attaquer vraiment au problème qui est sa propre gouvernance. En cela il n’est absolument pas moderne, malgré sa technicité et son langage. Face au problème environnemental, face au problème migratoire qui lui sera de plus en plus lié, face à la captation par un nombre de plus en plus petit de plus en plus de richesses, face a l’inquiétude grandissante des populations et notamment de nos adolescents qui vont vivre dans ce monde, ils nous répondent individualisme, compétitivité, compétition, capitalisation et toujours consommation. Un nouveau monde ne peut se construire sur les vieilles recettes qui permettent depuis des siècles à certains de tout accaparer. Guerres, destructions, entretien de dictatures, reconstructions, alimentation et mode de vie pathogènes, médicaments, cliniques, déficit, banques, consommation, déchets, pollution, compétition, rester en tête, premier de cordée. Un premier de cordée qui traîne tellement de corde derrière lui que beaucoup resteront dans la plaine lorsqu’il aura atteint le sommet de sa réussite sociale. Notre nouveau monde a l’utopie de ceux qui y crurent aussi et crie « Liberté, égalité, et fraternité ». Oui notre liberté individuelle se restreint sous le joug d’une époque rendue sécuritaire face aux menaces qu’elle a créé, les inégalités de richesses sont dignes des monarchies, et les enjeux sont tels qu’ils exigent de plus en plus de solidarité entre nous. Le nouveau monde ce n’est pas rattraper un retard économique pour créer plus d’emploi. Le nouveau monde c’est réinventer la façon de produire et de consommer. Le nouveau monde, ce n’est pas la lutte contre la maladie, c’est rester en bonne santé, le nouveau mond e, ce n’est pas lutter contre l’immigration, c’est arrêter le pillage des continents, le nouveau monde ce n’est pas consommer plus, c’est vivre autrement. Vous êtes le vieux monde effrayé par l’émergence du nouveau, vous répondez à nos expériences de vie comme vos pères et vos grands-pères avant vous, par le maintien de l’ordre, vous les responsables du désordre. Votre monde est morbide et va inéluctablement à sa destruction. Le nouveau monde c’est nous.

Le temps est venu… Appel à venir en masse !

Rendez-vous samedi 14 avril
pour participer à la grande manifestation populaire
dans les rues de Nantes aux côtés de tous ceux qui luttent
actuellement pour mettre en échec ce gouvernement.
( à 16h30 place du Cirque )
Nous nous donnons rendez-vous pour un grand covoiturage
collectif samedi matin à 10h30, place de la Rochefoucauld
( en face du musée Jean Lurçat ).
Nous prendrons le temps d’organiser au mieux le soutien angevin :
transport du ravitaillement en bouffe, en matériel médical
ou en matériaux de construction ( voir les besoins )
Certaines voitures choisiront de rejoindre la Zad
avant la manif ou bien samedi soir après la manif
et d’y rester le dimanche ou plus…
Un lieu d’hébergement vient juste d’être ouvert
par les étudiants nantais pour loger
toutes les personnes qui viendront aider !
Il s’agit à nouveau du bâtiment Censive
sur le campus du Tertre.
Y SERA ORGANISÉ UN GRAND COVOITURAGE
DIMANCHE MATIN POUR PARTIR SUR LA ZAD
A 8 HEURES.



Appel de la Zad : rendez vous dimanche 15 avril 2018,
à midi, le long du chemin de Suez :
« L’État a décidé cette semaine de détruire brutalement
l’expérience collective dans la Zad.
Nous résistons chaque jour – habitant.e.s, soutiens, paysan.ne.s,
voisin.e.s, jeunes et anciens.
Nous le faisons avec notre coeur, nos corps, nos liens,
avec toute la force qui s’est enracinée dans le bocage
en 50 ans de luttes et d’espoirs accumulés.
Mais l’État continue à arracher des maisons, des fermes, des espaces
agricoles et des ateliers, à piétiner des jardins, à raser tout ce qui est beau. Nous avons avons besoin de vous sur le terrain maintenant !

A toutes celles et ceux qui sont passés rien qu’une fois ici,
à toutes celles et ceux qui auraient pu et pourront demain.

A toutes celles et ceux qui pensent qu’il faut
des espaces d’expérimen
tation collective
et continuer d’inventer des vies magiques face à ces barbares.

A toutes celles et ceux qui croient qu’il est encore possible de résister
face aux rouleaux compresseurs de la marchandisation du monde
et la destruction du vivant.

Il reste 3 jours pour s’organiser pour venir en masse
dans le bocage dimanche. Parlez-en partout autour de vous,
amenez des ami.es.

Le temps est venu de nous retrouver pour dire que la Zad doit vivre,
panser ses plaies, se reconstruire…. »

( l’assemblée de lutte contre les expulsions de la Zad )

Appel de la Zad contre Macron et son monde

Rendez-vous samedi 14 avril
pour participer à la grande manifestation populaire
dans les rues de Nantes aux côtés de tous ceux qui luttent
actuellement pour mettre en échec ce gouvernement.
Le délai pour organiser un car étant trop court,
nous nous donnons rendez-vous pour un grand covoiturage
collectif samedi matin à 10h30, place de la Rochefoucauld

( en face du musée Jean Lurçat ).
Certaines voitures choisiront de rejoindre la Zad
samedi soir après la manif et d’y rester la journée du dimanche.
Si vous êtes intéressé, prévoyez votre sac de couchage
et votre  ravitaillement.

Appel de la Zad aux cheminots, aux étudiant-es, aux grévistes d’Air France, de Carrefour et à toutes celles et ceux qui luttent

CONTRE MACRON ET SON MONDE

« Des licenciements consécutifs à la loi travail, de la sélection à l’université à la déportation des immigrés, c’est la même logique étatique qui considère les êtres vivants comme des marchandises, le même bulldozer anti-social qui tente de bousiller nos vies. Pourtant, dans les universités occupées et sur les piquets de grèves, sur la ZAD et dans la rue, la colère monte et éclate. Sur les nombreux fronts de lutte, activés en réaction à la politique-carnage du gouvernement, un besoin urgent se fait sentir : s’unir pour que la peur change de camp.
Ici, dans le bocage de NDDL, la résistance à l’opération militaire prend des airs de guerre civile : destructions de nos lieux de vies, véhicules blindés, survols de drônes, maîtres chiens, largage de grenades désencerclantes par hélicoptère, exhibitions d’armes à feu et plus de trente blessés hier, probablement le double aujourd’hui, dont plusieurs mutilations irréversibles. Malgré cela, la résistance continue à l’image du mouvement anti-aéroport : joyeuse, déterminée et multiforme. Des caillassages et pique-niques de cheveux gris, des bals de tracteurs aux barricades, d’incendies de tractopelles aux jets de peintures en passant par les ravitaillements des cantines, l’énergie déployée ici tire ses sources de vos solidarités. Celle des riverains, des paysan-nes, des habitant-es historiques, des comités de soutiens locaux et à l’internationale, de tous les renforts plus nombreux chaque heure qui passe. Et savoir que des facs sont occupées, des trains et des avions à l’arrêt, des supermarchés bloqués nous fait nous sentir pris dans un mouvement plus global qui tente de stopper ce gouvernement dans sa course folle vers la catastrophe générale.
Malgré le déchaînement de brutalité absurde de cette opération, qui prouve que ce gouvernement n’a plus que la terreur comme seul argument, il reste certain que nous allons continuer à durer et construire ici. Nous sommes trop nombreu-ses à connaître les chemins, bois et prés du bocage. Nous tirons notre force de toute la rage et l’espoir de tous celles et ceux qui veulent changer ce monde. La ZAD est inexpulsable.
Une fois que seront expulsés les véhicules blindés, les hélicoptères, les fourgons et les 2500 flics de notre bocage chéri, soyez sûr-es qu’on se retrouvera dans vos amphis, piquets de grève et dans la rue pour poursuivre nos combats.
Merci pour vos solidarités, vos luttes et votre diversité. »
( L’assemblée de lutte contre les expulsions de la ZAD )

« Universités, cheminots, ZAD … Le gouvernement Macron attaque sur tous les fronts avec une violence inédite ! Répondons lui toutes et tous ensemble. Alors que 2500 gendarmes prennent d’assaut Notre-Dame-des-Landes, que des dizaines d’universités sont bloquées contre la sélection, et que la grève des cheminots est en cours, faisons converger les colères. La victoire d’une de ces luttes, c’est la victoire de toutes et tous. Ensemble, nous pouvons faire reculer ce gouvernement.
Rendez-vous à Nantes, à 16H30, Place du Cirque, samedi 14 avril ! »

Rendons-nous sur la ZAD

Rendons-nous sur la ZAD…

Demain mercredi 11 avril pour un grand pique-nique de protestation entre les fosses noires et les vraies rouges :
« Nous appelons à un grand pique-nique de protestation face aux expulsions et démolitions en cours sur la Zad de lieux de vie et projets agricoles ou autres. Ce pique-nique aura lieu ce mercredi à 13h sur le camp des cheveux blancs. Cet espace d’accueil pour les « jeunes de tous âges » est situé juste à côté du jardin Rouge et Noir, projet maraîcher, de la cabane des plantes médicinales et des vraies rouges, un des plus vieux regroupements d’habitat autoconstruit de la Zad. Tous ces espaces sont menacés de destruction depuis deux jours, comme pleins d’autres lieux de la Zad qu’il est encore temps de sauver.
Il faut que César 2 s’arrête. Regroupons nous !

Parlez autour de vous de ce pique-nique, amenez vos ami.e.s, un repas à partager et pourquoi pas un peu de ravitaillement à laisser sur place. »
Samedi 14 avril pour participer à la grande manifestation populaire dans les rues de Nantes aux côtés de tous ceux qui luttent actuelle-ment pour mettre en échec ce gouvernement (15h place du Cirque).
Le délai pour organiser un car étant trop court, nous nous donnons rendez-vous pour un grand covoiturage collectif samedi matin à 10h30, place de la Rochefoucauld (en face du musée Jean Lurçat).
Certaines voitures choisiront de rejoindre la Zad samedi soir après la manif et d’y rester la journée du dimanche. Si vous êtes intéressé, prévoyez votre sac de couchage et votre  ravitaillement.

Nouvelles de la Noé Verte

« Aux ami-e-s de la Noé et de la Zad,
Le monde de l’aéroport est passé à l’attaque, nous avons besoin de vous.
Après cette première journée d’expulsion, son ampleur, et la destruction
des 100 noms, lieu symbolique de la lutte qui portait un projet agricole
collectif, le doute s’installe sur l’ampleur des expulsions prévues et
sur la stratégie du gouvernement.
L’état ment et manipule, ne nous laissons pas faire !
Venez défendre la Zad sur place, organisez des actions et rejoignez des
manifs  et comités chez vous, parlez en à vos voisins, relayer
l’information sur les réseaux sociaux, la Zad et tout ce qu’elle porte
comme espoir ne doit pas disparaître !
Les expérimentations qui se sont développées sur la Zad ouvrent un
univers des possibles, donnent de l’espoir et constituent une base pour
beaucoup d’autres luttes. La mutualisation, la coopération, l’autogestion sont les alternatives au monde froid de la concurrence et de la compétition généralisée et permanente.
Ici, on ne lâche rien et nous restons déterminés à résister
pacifiquement. Le hangar de la conserverie vient d’être levé, de
nombreux projets avancent ( maraichage, traction animale, fabrication de yourte ) et nous comptons bien montrer l’odieuse traitrise de l’état si
jamais nous venions à nous faire expulser.
Nous revendiquons toujours la gestion des terres occupées par une
entité issue du mouvement et la signature d’une convention d’occupation précaire globale pour l’ensemble des habitats et projets.
Une manifestation est appelée à Nantes ce samedi et une convergence sur la Zad ce week-end. Nous appelons à venir défendre et à appeler à défendre tous les lieux sans exception, quelle que soit leur identité.
Ne jouons pas le jeu de l’état. La ZAD et les expériences qui y sont menées ne prennent sens et ne peuvent être défendues qu’en faisant front commun et en étant solidaire et uni face aux flics et à l’état. »
La Noé Verte