Archives pour la catégorie Café repaire

Mardi 5 juin : partager le travail et les richesses

Le Café repaire vous donne rendez-vous mardi 5 juin
avec les acteurs angevins du Réseau Salariat
pour une discussion autour des mots
travail, emploi, revenu, richesses, bien public, gratuité et… salariat.
Bref, comment réussir le partage tant désiré
du travail et des richesses ?
Réseau Salariat est une association d’éducation populaire
créée en 2011 par un collectif de personnes autour des travaux
de Bernard Friot, et ayant pour objet de promouvoir le projet
de création d’un statut politique du producteur.
Qu’est-ce à dire ? Il s’agit de parachever le projet démocratique d’égalité en donnant à chacun à partir de 18 ans,
en plus de la majorité politique, la majorité économique.
Cela passe par la reconnaissance, pour chaque individu
quelle que soit son activité, de son statut de producteur de richesse,
en lui attribuant une qualification à la personne,
sur le modèle de la fonction publique, à laquelle sont associés
le droit à un salaire à vie et le droit à l’exercice
de la copropriété d’usage de son outil de travail.
A l’échelle d’Angers, Réseau Salariat est composé
d’une dizaine d’adhérents et d’une vingtaine de membres actifs.
Nous nous efforçons donc de provoquer des débats autour
des questions concernant le travail, par tous les moyens possibles :
tenue de stand de porteur de paroles lors des manifs,
organisation de conférences, formation interne
par le développement d’une réflexion collective,
création d’une pièce de théâtre-débat ce printemps,
participation aux débats citoyens…
Nous sommes donc preneurs de toute occasion d’échange
avec les personnes intéressées par l’émancipation des individus
par rapport aux logiques capitalistes bien à l’œuvre
dans notre société.

Et comme un petit dessin vaut bien souvent un long discours,
en voici une petite série pour vous mettre en appétit :


Publicités

Café repaire mardi 15 mai Un tour avec Alternatiba

Rendez-vous mardi 15 mai pour ce nouveau Café repaire
avec les partenaires angevins du Tour Alternatiba 2018.
L’étape du soir à Angers se fera le 9 juillet.
Participez à son succès si le cœur vous en dit !

Alternatiba est un mouvement citoyen
pour le climat et la justice sociale né à Bayonne en 2013.
Il s’est fondé sur deux constats :
D’une part, le réchauffement climatique s’accélère,
touche les populations les plus pauvres de la planète
et menace à moyen-terme les conditions de vie sur Terre.
C’est maintenant qu’il faut agir pour nous éviter d’atteindre
des seuils d’emballement climatique inarrêtables.
D’autre part, des solutions existent et sont à portée de mains,
elles n’attendent que nous.
Alternatiba veut les montrer, les renforcer et les développer
pour changer le système, pas le climat !

Alternatiba réunit des milliers de citoyennes et citoyens
engagé·e·s face à l’urgence climatique dans la promotion
et la mise en place d’alternatives concrètes.
Le mouvement marche sur deux jambes :
celle des alternatives pour construire une société plus juste,
plus solidaire, plus conviviale et plus soutenable,
ainsi que sur celle de la résistance pour bloquer
les projets climaticides et interpeller les décideurs politiques
et économiques sur l’urgence de s’emparer de ces solutions.
Le Tour Alternatiba
Face aux catastrophes climatiques,
aux politiques d’austérité, au chômage,
il est un mouvement qui ne veut pas se résigner.
Un mouvement qui décide de saisir le guidon de son avenir
pour rouler vers un futur plus joyeux.
Tout au long de son périple, le Tour Alternatiba ira à la rencontre
de celles et ceux qui construisent et s’indignent,
se rencontrent et bâtissent ensemble les chemins
qui permettront aux alternatives de devenir des normes.

Mardi 24 avril Soutien angevin au Rojava

Un changement radical démocratique, féministe et écologiste
est en construction depuis 2012 au Rojava
( le Kurdistan de l’ouest ) dans le nord de la Syrie.
Refusant le principe même d’état-nation
et l’oppression politique et culturelle des minorités,
les populations kurdes, arabes, turkmènes, assyriennes
s’organisent et vivent ensemble au sein
de la « Fédération démocratique du nord de la Syrie »
aux accents nettement autogestionnaires
avec une mise en œuvre concrète de l’égalité hommes-femmes
et l’invention d’une économie sociale et écologique.
Pour mieux comprendre ce qui se passe au Rojava,
regardez ce documentaire :
Rojava, une utopie au chœur du chaos syrien

Après avoir brisé les reins de l’État islamique en Syrie,
le mouvement révolutionnaire kurde au Rojava
se trouve actuellement sous le feu d’une opération militaire conduite par l’État turc, avec l’aval de la Russie,
la complicité de l’OTAN et la bienveillance des États européens.
Brisons le silence, construisons ici
des solidarités concrètes et faisons-nous l’écho
des revendications des populations concernées.
Rendez-vous mardi 24 avril
  pour une soirée d’information et de discussion
avec le comité de soutien angevin au Rojava
Bar le Challenge ( 12 place Mendès France ) à 19h30
A lire aussi sur Kedistan :
Commune Internationaliste du Rojava : la résistance n’est pas terminée
Et pour rejoindre le comité de soutien angevin au Rojava :
soutien.rojava@orange.fr

 

Penser la décroissance avec Pierre Thiesset et Thierry Brulavoine

La sacro-sainte croissance,
érigée en dogme absolu par nos sociétés capitalistes
est une course sans fin où l’objectif est de produire,
vendre et consommer davantage que l’année précédente.
La décroissance appelle à repenser les rapports sociaux,
réévaluer les besoins, pour que nos sociétés
ne soient plus structurées autour de l’impératif de croissance infinie.
VIVRE MIEUX AVEC MOINS,
voilà ce que proposent en substance les partisans de la décroissance.
Pour l’année 2017, c’est depuis le 2 août que l’humanité
consomme à crédit, et de plus en plus inégalitairement.
Si l’on veut faire reculer ce jour du dépassement
alors on ne peut pas se contenter d’arrêter la croissance,
il faut opérer un retour sous les plafonds
de l’insoutenable et de l’indécence.
Si ce retour est démocratique, il s’appelle la décroissance.

Rendez-vous mardi 3 avril, pour sortir des poncifs du genre
« On va quand même pas revenir à la bougie ! » ou bien
« Allez demander aux pays pauvres s’ils veulent décroitre ! »
le Café repaire vous invite à venir rencontrer et échanger
avec Pierre Thiesset et Thierry Brulavoine
tous les deux chroniqueurs au journal La décroissance.

Journal souvent critiqué pour ses prises de position
qui seraient d’après les uns, un peu « réac »
sur les problèmes sociétaux ( éducation, famille, bioéthique… )
et trop critique d’après les autres quand ils écornent à gauche
par exemple Jean-Luc Mélenchon pour ses visions technologistes
ou bien Pierre Rabhi dans la sphère écologiste pour son manque
de conscience politique ( vidéo ci-dessous )

Tout cela sera abordé avec eux sans détours !
Mardi 3 avril au Café repaire
Bar Le Challenge, 12 place Mendes France
à 19h30 comme d’hab’.

Mardi 13 mars rencontre avec Greenpeace

Greenpeace est une organisation non gouvernementale qui agit,
depuis plus de 45 ans, selon les principes de non-violence
pour protéger l’environnement, la biodiversité
et promouvoir la paix.

En France une trentaine de groupes locaux, dont Angers,
permettent aux citoyens de se mobiliser à ses côtés.
Chaque mois des actions sont prévues telles que
« La course aux pesticides » mettant en concurrence les enseignes
de la grande distribution sur l’offre de leurs produits bio,
« Arrêthon » demandant aux thoniers d’arrêter leurs méthodes
destructrices des océans ou encore « Amazon reef »
s’opposant au forage près d’un récif corallien en Amérique du Sud.
De nombreuses autres grandes campagnes nous attendent
et vous attendent aussi.
Alors retrouvez nous mardi 13 mars au Café repaire
( bar Le Challenge, 12 place Mendes France à 19h30 )
pour en savoir plus sur notre organisation, nos enjeux et nos projets
et envisagez le futur ensemble…

Mardi 20 février 20H30 Rencontre avec le CSSP49

Au printemps 2005, un petit groupe d’enseignants se sont réunis
et mobilisés pour soutenir des élèves et leurs familles
en « situation irrégulière » qui étaient menacés d’expulsion.
En peu de temps, se sont joints à eux de nombreux individus
membres ou non d’associations, de collectifs, de syndicats…
C’est ainsi qu’était créé le Collectif de Soutien
aux Sans-Papiers du Maine-et-Loire, le CSSP49.
Nos mots d’ordre, arrêt des expulsions, régularisation de tous
les sans-papiers, libre circulation et d’installation des individus,
sont vite devenus une évidence pour le Collectif.

Aujourd’hui, nous soutenons des migrants mineurs et majeurs
dans des lieux autoréquisitionnés
sur le plan matériel, moral et administratif.
Toutes les formes d’aides sont les bienvenues
face à l’incurie des pouvoirs publics à l’égard de ces personnes.

  • Fourniture de vêtements, nécessaire de couchage, de toilette, vélos
  • Fourniture de nourriture, récupération des invendus en boulangerie
  • Prise en charge d’un demandeur d’asile pendant un weekend ou des vacances
  • Accompagnement des demandeurs d’asile devant les administrations.
  • Transport ponctuel
  • Petits travaux d’entretien
  • Dons par chèque à l’association Asile et partage


Mardi 20 février à partir de 20 heures 30

au bar Le Challenge ( 12 place Mendes France )
venez nous rencontrer, discuter et pourquoi pas,
décider de faire un bout de chemin ensemble.
La soirée se déroulera
au rythme des chansons humanistes de Brassens.
Apportez vos textes préférés de tonton Georges,
nous les chanterons pour fêter l’amitié et la solidarité
qui nous unit tous au-delà des frontières !

 

13 février A la rencontre d’Amnesty International

Rendez-vous mardi 13 février pour rencontrer et échanger avec les membres des groupes locaux d’Amnesty International.
Au bar Le Challenge à partir de 19h30, comme d’hab’.

« Notre mouvement est indépendant de tout gouvernement, de toute tendance politique, de tout intérêt économique et de toute croyance religieuse. Nous ne sollicitons aucune subvention des États, des partis politiques ou des entreprises et nous finançons nos actions essentiellement grâce au soutien de nos membres et de nos donateurs.
Créé en 1961 par un avocat britannique, Amnesty International est un mouvement de plus de 7 millions de personnes qui se battent chaque jour et partout dans le monde pour promouvoir et faire respecter l’ensemble des droits humains inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme (1948.)
Nos missions : enquêter, alerter, agir.  »

« Nos actions à Angers s’orientent autour de trois pôles :
– informer et sensibiliser le public sur les violations des droits humains tant à Angers et sa région qu’en France et dans le monde
– favoriser l’éducation aux droits humains en direction d’un large public
– mobiliser la population dans le cadre de campagnes de soutien aux victimes de violation des droits humains
Sur le plan local, nous faisons notamment partie de la Coordination migrants 49 et nous travaillons également avec le Quazar dans la lutte contre les discriminations telles que l’homophobie ou la transphobie . Nous avons un partenaire , l’AFELDA , qui regroupe les réfugiés érythréens d’Angers Nous faisons aussi une émission de radio sur radio G Droits devant consacrée à l’actualité des droits humains et nous avons créé localement des antennes jeunes , qui regroupent des lycéens et étudiants au lycée Joachim, à la fac Saint Serge et bientôt à Belle-Beille. »