Archives pour la catégorie Appels & Soutiens

18 octobre, journée noire des associations


CONTRE  L’IMMENSE  PLAN  SOCIAL  SUR  LES  EMPLOIS  AIDÉS,
RÉAGISSONS  EN  ANJOU !

Avec une violence inouïe, le gouvernement vient de décider
la suppression de 150 000 emplois aidés dès 2017,
et 110 000 supplémentaires en 2018
.
Compte tenu de la fragilité des associations,
beaucoup déboucheront sur des licenciements.
Cet immense plan social a été décidé sans aucune concertation
et dans une approche strictement comptable.
Il témoigne d’une ignorance et d’un mépris de la société civile,
qui semble pour le gouvernement se réduire
aux start-up et aux entrepreneurs sociaux.
Cette décision est catastrophique pour des dizaines,
et bientôt des centaines de milliers de salarié.e.s
privés d’emploi, pour des milliers de collectivités incapables d’assurer la continuité du service public, pour la survie de milliers d’associations
et pour les bénéficiaires.
C’est une atteinte grave à la dignité des personnes,
à l’accès au droit, à la solidarité, aux pratiques culturelles,
sportives et éducatives, au vivre ensemble.
Pour les salarié.e.s concernées, tandis qu’ils et elles
sont déjà soumis.es à la précarité des emplois aidés,
la réponse du gouvernement est encore pire,
par la mise au chômage.
Les associations ne se définissent pas seulement
par un  » modèle économique « , mais par un modèle social,
démocratique, humain
fait d’émancipation,
de respect des droits fondamentaux, d’égalité,
mais aussi de coopération, de générosité.
L’innovation sociale, ce n’est pas l’ubéralisation de la société,
mais l’invention sans cesse renouvelée de réponses sur le terrain
aux besoins des habitant.e.s et aux aspirations des citoyen.ne.s
dans la fraternité.
Le retour au XIXe siècle qu’on nous propose
est archaïque et invivable.

Forts de ce constat nous nous devons de réagir en Maine et Loire
et appelons les salarié.e.s, dirigeant.e.s, bénévoles et élu.e.s
des associations du département à participer
à la « journée noire des associations » le 18 octobre prochain
à l’occasion du
 » forum national des associations et fondations « 
se tenant le même jour
.

 Appel à l’initiative du COLSA 49 (Collectif des Salariés Associatifs)
Contact : 49colsa@gmail.com

Pour signer l’appel du Collectif des Associations Citoyennes

Pour signer la pétition Macron, rends les contrats aidés
Pour consulter/renseigner la Carto-crise des Contrats aidés

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Octobre, soutien à ceux qui luttent en Grèce

Répondons présent à ce nouvel appel à soutien
avec ceux qui n’ont  cesse de lutter en Grèce face à l’austérité
en organisant des lieux solidaires autogérés :
cuisines gratuites, dispensaires médicaux
et centres d’accueil pour migrants.
Nous avons dores et déjà collecté près de 600€ !
Merci à vous tous, cet argent s’en ira aider début novembre
tous ceux qui ne baissent pas les bras du côté de la mer Égée…
Tenue d’un stand de collecte place du Ralliement
pendant 4 samedis après-midi du mois d’octobre.
Inscrivez-vous pour aider à tenir le stand ( créneau d’1h30 ) !
Et puis une soirée pour s’informer, se rencontrer, se mobiliser :
RENDEZ-VOUS  JEUDI 19 OCTOBRE
au BCM de Mûrs-Érigné ( 45 route de Cholet ) à 20h.
Projection-débat autour du film de Philippe Menut
La tourmente grecque II ( actualisé en mars 2017 )

Lors de cette soirée, des cartons seront aussi disponibles
pour recevoir vos dons ( fournitures ou argent ).
Vous trouverez ici la liste des besoins principaux.

Organisations signataires de l’appel : Le Cercle 49  – Nuit Debout Angers – Bistrot des Citoyens du Monde – ATTAC 49 – NPA 49 – Confédération Paysanne 49 – FSU 49 – Syndicat de la Médecine Générale – Ensemble 49 – CGT 49 – Sud 49 – France Insoumise 49 –
Front Social Angers – …

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Terres ( de lutte ) en vue !

Deux nouvelles terres de lutte à rallier si le cœur vous en dit :

1- LA DÉFENSE DES CONTRATS AIDÉS
L’appel vidéo de Ruffin :

Et pour commencer, signez la pétition .


2- LE SOUTIEN ANGEVIN AUX RÉSISTANTS DE BURE

Rejoignez le collectif angevin,
contact sur
 soutien-bure49@riseup.net

Et retrouvons-nous le plus tôt possible,
Où et quand ?

Et n’oublions jamais : la  LUTTE  est  belle, ça se voit sur les visages :

Enregistrer

Enregistrer

Pour Émir et les siens jeudi 5 octobre

Moi Émir et ma vie d’enfant… en 2017 :
“J’ai 12 ans et j’habite Angers depuis 2009.
Je suis fatigué après tous ces mois passés sous tente, parfois sous le soleil, parfois sous la pluie et le vent, parfois dans le froid de la nuit.
Je suis au collège dans un quartier loin du camp où je vis.
Ma mère élève mes frères et sœurs seules. Elle aussi est fatiguée.
Elle ne veut plus croire qu’un jour, ce sera meilleur.
J’ai encore dans la tête l’arrivée de la Police en nombre avec des chiens pour nous expulser de l’appartement où nous vivions au bâtiment du Chêne vert avec d’autres familles.
Pourquoi c’est toujours aussi violent ? Qu’est ce que j’ai fait ? Qu’est ce que nous avons fait pour vivre encore une fois dehors ?
Le 11 juillet, nous avons posé nos sacs avec nos affaires sur un terrain près du bâtiment d’associations.
Grâce à des personnes qui nous ont aidé et d’autres qui ont laissé ouvert ce bâtiment, je peux aller aux toilettes et aller boire au robinet.
La Police est venue plusieurs fois sur le camp. À chaque fois, j’ai peur quand je les vois car je ne sais jamais ce qui va se passer.
J’ai appris que la mairie demande notre expulsion. Pour aller où ?
En plus, je dors mal et mes crises d’asthme m’épuisent.
Mes parents sont arrivés en 2009 à Angers pour demander l’asile après avoir fui la guerre et la misère.
Depuis, c’est mon histoire, celle où je ne sais jamais ce qui va se passer de plus pire, même en France.
Je vais à l’école depuis que j’ai 4 ans. C’est ma chance et je parle bien français.
Quand on me voit, personne ne peut croire que mes parents sont d’un autre pays.
Sans argent, je prends pas le tramway pour aller à l’école.
Et aussi, je garde mes petits frères et sœurs pendant que ma mère va chercher à manger ou quand ma mère est malade.
J’ai lu un texte qu’une amie à ma maman m’a montré et qui est copié ici :
« …convention internationale des droits de l’enfant … article 27 alinéa 3… Les États parties adoptent les mesures appropriées,
compte tenu des conditions nationales et dans la mesure de leurs moyens, pour aider les parents et autres personnes ayant la charge de l’enfant à mettre en œuvre ce droit et offrent, en cas de besoin, une assistance matérielle et des programmes d’appui notamment en ce qui concerne, l’alimentation, le vêtement et …le logement. »
A l’école, mes copains parlent encore de leurs vacances et rigolent.
Moi, je n’arrête pas de penser.”
Pour défendre Émir et les siens, vous pouvez aussi signer la pétition
Non aux expulsions sans relogement !
Lors de la « Rentrée des solidarités » organisée par la ville le 20 septembre 2017, des militants ont donc eu le malheureux plaisir de remettre le prix du Pipeau d’or à Monsieur le Maire d’Angers, M. Christophe Béchu, afin de mettre en évidence des contradictions entre des discours et des actes. Partout en France, autant que nécessaire, nous appelons toutes les personnes ou organisations indignées par des contradictions similaires à manifester leur désapprobation en jouant ou en brandissant un pipeau. Le pipeau devient le symbole de la dénonciation des hypocrisies ou des mensonges de responsables politiques et institutionnels.
En attendant, la plus grande violence est la situation de ceux qui vivent à la rue et le traitement qu’ils subissent.

 

Café repaire mardi 03/10 Ici comme en Grèce : solidarité et résistance !

RENDEZ-VOUS MARDI 3 OCTOBRE
au bar Le Challenge à partir de 19 heures 30

en compagnie de Pascal Franchet, président du CADTM France.
Soirée de discussion et d’information
sur la réalité vécue par le peuple grec et les luttes qu’elle soulève.
Cette soirée initiera une nouvelle collecte
en direction du prochain convoi solidaire de novembre vers la Grèce, en soutien avec  ceux qui n’ont cesse de résister ici comme ailleurs face à l’austérité en organisant des lieux solidaires autogérés : centres sociaux, cuisines gratuites, dispensaires médicaux,
ou hébergements pour réfugiés.

Des cartons seront disponibles pour recevoir vos dons
( fournitures ou argent )
Vous trouverez ici la liste des besoins principaux.
Il s’agit d’apporter un soutien politique, matériel et financier
au mouvement social en Grèce, qui résiste, crée et multiplie
les initiatives solidaires autogérées ( tant à l’égard des Grecs frappés par une austérité mortifère et une misère dévastatrice qu’à l’égard des réfugiés et migrants bloqués en Grèce ).
Ce convoi est bien plus « qu’humanitaire ».
Notre action est totalement politique.
Notre action soutient directement la résistance,
s’inscrit complètement dans la solidarité
au sein du mouvement social de manière totalement indépendante.
Cette indépendance et ce type d’initiatives de résistance
est indispensable pour ne pas laisser ce terrain
à certaines fondations ou associations humanitaires
créées par les firmes et les multinationales pour améliorer
leur image (social-washing) alors qu’elles sont souvent responsables de la privatisation ou de la destruction du bien commun
( par exemple Vinci, GDF-Suez, EDF, Veolia et beaucoup d’autres firmes françaises prédatrices en Grèce ).
C’est pourquoi notre convoi est avant tout un convoi solidaire.
La Grèce constitue le laboratoire d’expérimentation
des pires politiques libérales de l’Union Européenne
qui ont conduit à une crise économique profonde
et à une crise humanitaire sans précédent.
Le peuple grec est pris en étau entre les intérêts de la dette,
l’intérêt des classes dominantes et les politiques ultra-austéritaires imposées notamment par l’Union Européenne.
Pour toutes ces raisons,
apportons toutes les formes de soutien possibles
au mouvement social grec !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mercredi 13 septembre, foutez leur la paix !

Le 11 juillet 2017, les forces de police procédaient à l’expulsion d’une vingtaine de demandeurs d’asile africains de « La Vendange », maison vouée à la démolition, propriété de la Communauté d’Agglomération d’Angers et réquisitionnée par divers collectifs de soutien aux migrants. Depuis, ces personnes  ont trouvé refuge dans une autre maison laissée à l’abandon et appartenant aussi à l’Agglo, au n°41 de l’avenue Maurice Tardat, joliment baptisée « La Rose ».
Réinstallation réussie avec les moyens du bord depuis deux mois donc pour retrouver un semblant de vie : nettoyage du lieu, aménagement de couchages, réparations et branchements de fortune, contacts noués avec les habitants du quartier, tenue d’une permanence tous les lundis de 18h à 19h…
Mais voilà, les pouvoirs publics ont décidé une nouvelle fois que tout ça était bien trop beau pour des gens qui « ne sont rien » et mercredi prochain 13 septembre, nos amis seront une énième fois assignés au Tribunal d’Instance en vue de leur indispensable expulsion.

APPEL : Soyons nombreux mercredi 13 septembre à venir les soutenir devant le Tribunal d’Instance à 14 heures ( 39 bd de Coubertin, près du stade Jean Bouin ).
Ne vous trompez pas ! En appelant à une véritable mobilisation, nous ne défendons pas uniquement l’occupation d’un lieu. Il s’agit de dénoncer le système économique qui met à mal les droits humains et le respect de ces droits par les différents pouvoirs. Il s’agit de se poser face à un mouvement inéluctable qui ne cesse de s’attaquer aux franges les plus vulnérables de notre société.
Vous êtes les bienvenus pour soutenir les occupants de La Rose et d’une façon plus large pour défendre une autre vision de notre société.
Enregistrer

Enregistrer

Café repaire de rentrée Mardi 5 septembre

Rendez-vous mardi 5 septembre ( au Challenge à 19h30 )
pour notre Café repaire de rentrée
qui tentera de faire le point sur les différentes résistances
qui se mettent en place ici et là contre la politique gouvernementale.
Ont été invitées la plupart des organisations qui s’opposent
(  avec plus ou moins de virulence et de manières très diverses )
au projet de gouvernance Macron : mouvements sociaux,
collectifs citoyens, syndicats, partis politiques…
Nous passerons en revue bien sûr
toutes les nouvelles « medefications » de la loi travail,
nous évoquerons la mobilisation du 12 septembre
et chacun pourra exposer sa manière de donner à  désirer
un autre projet de société que la soupe indigeste que nous sert
la grande majorité de la sphère politico-médiatique,
éternellement libérale, croissanciste et spectaculaire.
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer