Archives pour la catégorie Appels & Soutiens

Visite du Pap’40 en Anjou les 29 et 30 juin !

JEUDI 29 JUIN au bar Le Challenge à partir de 20 heures !
Nous accueillerons Alessandro Di Giuseppe, Fils du Capital
le Pap’40 de l’Église de la Très-sainte Consommation.
Si vous ne connaissez pas le bonhomme
prenez le temps de visionner cette vidéo et appréciez…

Le saint-Père se décrit lui-même comme un « artiviste »,
spécialiste des actions de rue théâtralisées
comme ici à Bruxelles devant la commission européenne :

Avec lui, toutes les résistances : au capitalisme, au nucléaire,
à l’injonction consumériste, au diktat de la croissance,
bref à l’abrutissement généralisé,
se changent en un grand bol d’air jouissif et décolonisant !

Jeudi 29 juin, le Pap’40 sera donc des nôtres au bar Le Challenge
à partir de 20 heures pour échanger avec nous sur cette forme de militantisme qu’il affectionne et pour préparer ensemble une action de rue que nous mettrons en pratique
le lendemain vendredi 30 juin
dans les rues d‘Angers entre 12h et 14h !

Et pour clore la journée en beauté,
le VENDREDI 30 JUIN, tous à Nantes !

Alessandro Di Giuseppe y jouera son spectacle Croissance reviens !
à la Salle Bretagne à 20h30 ( 23 rue Villebois-Mareuil )
La billetterie est ouverte :
vous pouvez retirer vos places dès à présent
au bar Le Challenge ( 12 place Mendes France à Angers )
Pas de prix fixé, participation aux frais selon vos possibilités.
( un don minimum de 5€ serait souhaitable )
Et ci-dessous, un appel à covoiturage
pour que tout le monde puisse se rendre à Nantes
dans de bonnes conditions  :


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Soutien aux migrants : après le barrage, on vous attend pour le jardinage

Dimanche 14 mai, nous débuterons un potager collectif
sur les terres du squat de La vendange où vivent une trentaine
de demandeurs d’asile depuis le mois de septembre 2016.
La plupart de ces migrants sont des anciens occupants
du Château de Moulinsart et se trouvent trimbalés
de réquisition en réquisition depuis de trop nombreuses années suite aux expulsions inconséquentes décidées par les autorités.
Cette journée sera pour nous, un signe fort
adressé aux pouvoirs publics ( et d’autres suivront…)
pour leur dire que nous exigeons le maintien de ces personnes
dans leur lieu de vie actuel tant qu’aucune solution pérenne
de relogement ne leur sera proposée.
Car si la menace du Front national est écartée pour 5 ans,
celle de  leur expulsion reste hélas toujours d’actualité
et nos frères étrangers n’ont obtenu qu’un maigre répit de 2 mois.
Alors, venez avec nous participer à la création de ce jardin solidaire
dans cette maison, propriété d’Angers Loire Métropole,
qui ne demande qu’à résonner de joie de vivre et de solidarité.
Les élections passent, la lutte continue !
Dimanche 14 mai,  toute la journée à partir de 11 heures :
Jardinage, bricolage, rencontre…
Apportez vos outils, vos plants, vos graines, vos jeux, vos envies.
Piquenique sur place
Plan d’accès :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

7 mai place du Ralliement : à nous le troisième tour !

Les élections passent, les problèmes restent…
Ne soyons pas dupes !
Le prochain président de la République,
que ce soit la peste ou le choléra qui arrive au pouvoir
prépare déjà sa politique anti-sociale.
Nous n’avons pas à choisir
entre l’extrême-droite et la droite extrême,
entre fascisme et libéralisme.
Nous n’avons pas à tenir le décompte morbide
des victimes de l’une ou de l’autre de ces deux idéologies.
Nous savons bien que le vote Front National
n’est que la conséquence de la désespérance sociale
produite justement par l’idéologie libérale d’un Macron
et on nous demande de voter Macron pour y faire face ?
Ce n’est pas sérieux…
Voter Macron, c’est participer à la construction d’une société toujours plus servile. Voter Le Pen, c’est y ajouter le goût de la mort.
Rejoignons dès maintenant les mouvements antifa,
seul moyen de lutter efficacement contre le FN.
NOS RÊVES NE RENTRENT PAS DANS VOS URNES !
Gardons en tête que les élections sont un rapt sur la démocratie,
que le seul message protestataire digne de ce nom serait celui
d’une abstention ou d’un vote blanc massif
et
rendez-vous dimanche 7 mai place du Ralliement à 18 heures.
pour un front social contre les politiques qui seront menées
pendant ce quinquennat, que ce soit l’un.e ou l’autre !
Parce qu’il existe une troisième alternative : la LUTTE !
Faisons converger nos aspirations dans la rue
pour nous faire entendre dans l’assourdissement du spectacle.
« Il n’y a rien de plus dangereux pour le système qui nous opprime
que l’utopie mise en actes.
Rien de plus menaçant, de plus inquiétant,
de plus insupportable pour les tyrans politiques et économiques
qui ont transformé le monde en marchandise
et l’être humain en esclave résigné.
Rien qui ne soit plus à surveiller, à balayer, à occulter.
Rien qui ne soit plus à faire taire, à laisser sous silence,
et même à faire disparaître.
L’enjeu est ici de parvenir à montrer que des
alternatives
sont possibles et désirables.
Donner à voir, comprendre, éprouver, désirer.
Motiver la volonté de changement et l’action concrète dans ce but.
Lutter contre ce qui nous empêche de vivre, en mettant l’accent
sur la solidarité, l’auto-organisation et la libération sociale. »

Dimitra ANTONOPOULOU et Vangelis NANOS,
extrait du livre « Exarcheia la noire-Au cœur de la Grèce qui résiste » par Yannis Youlountas

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Samedi 8 avril à 18 heures nous chanterons avec Moktar, réfugié somalien

Déjà trois soirées de mobilisation au jardin du Mail depuis mercredi dernier sous les fenêtres de la mairie à distribuer des tracts, à faire signer une pétition aux passants et à jouer aux boules pour dire non aux expulsions qui approchent à grands pas : la police est passée la semaine dernière dans les trois réquisitions angevines qui abritent en tout 120 adultes et enfants pour avertir les personnes vivant dans ces lieux qu’elles seraient expulsées très prochainement.
Destination la rue ? Les enfants sont tous scolarisés, certains  parents travaillent ou sont en démarches diverses, d’autres personnes souffrent de handicaps. Toutes et tous veulent s’en sortir, et avoir un lieu de vie est indispensable pour cela.
Nous ne nous résignons pas et nous continuerons à lutter tant que ces situations perdureront. UN TOIT C’EST UN DROIT !
Alors venez nous rejoindre au jardin du Mail  samedi 8 avril à 18 h. Nous chanterons avec Moktar et ses camarades demandeurs d’asile pour qu’ils puissent rester vivre encore, faute de mieux, sous le toit réquisitionné de La Vendange. Aubade collective sous les fenêtres de monsieur le maire, tous en chœur !
Et n’oubliez pas les boules !
Il n’y aura pas de rassemblement ce dimanche mais nous serons de nouveau sur le boulodrome lundi et les jours suivants s’il le faut…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mercredi 5 avril 18 heures On a les boules !


APPEL

Trois lieux de vie réquisitionnés seront prochainement expulsés.
Et pourtant, ces lieux sont des propriétés publiques
qui n’ont pas de destination prévue actuellement.
C’est donc plus de 120 personnes (adultes, enfants, bébés)
qui seront prochainement à la rue.
Nous ne pouvons plus supporter
une telle chasse à l’homme par les autorités.
Nous nous épuisons à rechercher, à installer,
à organiser des lieux d’hébergement ( 23 en 8 ans ! )
C’est pourquoi nous avons décidé d’alerter l’opinion publique
par une action de longue durée.
A compter du mercredi 5 avril,
nous nous installerons avec nos amis migrants
dans l’espace public du jardin du Mail
et ce, tous les jours à partir de 18 heures.

Nous ne cacherons plus longtemps toute cette détresse
que les pouvoirs publics n’ont cesse d’occulter ou de vilipender.
Venez dire que vous n’êtes plus d’accord
avec la manière d’accueillir les migrants en France
qui se distingue par son absence d’humanisme et de solidarité.
Nous appelons les Angevins à venir soutenir
moralement et matériellement cette mobilisation
et à faire connaître notre combat au nom de la dignité humaine.

Maintien des habitants à La Vendange !
Maintien des habitants au
Chêne-Vert et aux Trois-Paroisses !
Pas d’expulsion sans solution de relogement !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Du souci pour les soucis

Samedi dernier, nous étions venus « en visite », armés de notre seule bienveillance…
Des voisins fort sympathiques nous avaient aidés à débarrasser la Friche des jardins de tous ses détritus, à débroussailler, à désherber, à bêcher et à planter un joli parterre de soucis.
Et puis voilà qu’hier, d’autres voisins moins accueillants ont jugé nécessaire de couper court à nos envies de nature, d’amitié et de partage. Ils ont refermé le portail que nous avions laissé grand ouvert et retiré la belle plaque de bienvenue que nous avions confectionné à leur intention.
En réaction à notre souhait de faire vivre la Friche des jardins, j’aurais compris l’inquiétude, j’aurais accepté l’indifférence mais je reste désemparé devant cette fin de non recevoir, cet acharnement à faire disparaitre toute trace de notre venue, comme si nous avions commis je ne sais quelle vilenie.
Mais malgré tout, je veux croire que ces actes ne sont que la provocation de quelques « braves gens qui n’aiment pas qu’on suive une autre route qu’eux », sans doute effrayés par cet espace de liberté inattendue. Pensez, que de simples citoyens puissent laisser libre cours à leur envie de bonheur sans même en référer au bon vouloir des autorités ! Alors je préfère oublier ces éternels gardiens de l’ordre établi, ces rabat-joie qui ne connaissent que la défiance et le repli sur soi.
Et pour  me remonter le moral, je m’en vais gratouiller sur ma guitare La visite de Brassens mais franchement, le cœur n’y est pas…
Yohann, je me fais du souci pour tes soucis.
On n’était pas des Barbe-Bleue, ni des pelés, ni des galeux
Porteurs de parasites.
On n’était pas des spadassins, on venait du pays voisin
On venait en visite.
On n’avait aucune intention de razzia, de déprédation
Aucun but illicite
On venait pas piller chez eux, on venait pas gober leurs œufs
On venait en visite.
On poussait pas des cris d’Indiens, on avançait avec maintien
Et d’un pas qui hésite.
On braquait pas des revolvers, on arrivait les bras ouverts
On venait en visite.
Mais ils sont rentrés dans leurs trous, mais ils ont poussé les verrous
Dans un accord tacite.
Ils ont fermé les contrevents, caché les femmes, les enfants
Refusé la visite.
On venait pas les sermonner, tenter de les endoctriner
Pas leur prendre leur site.
On venait leur dire en passant, un petit bonjour innocent
On venait en visite.
On venait pour se présenter, on venait pour les fréquenter
Pour qu’ils nous plébiscitent.
Dans l’espérance d’être admis et naturalisés amis
On venait en visite.
Par malchance, ils n’ont pas voulu de notre amitié superflue
Que rien ne nécessite.
Et l’on a refermé nos mains, et l’on a rebroussé chemin,
Suspendu la visite.
( La visite  –  Georges Brassens )

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le convoi est arrivé ! Solidarité et résistance !

Il est des moments inoubliables dans notre existence.
Celui que nous venons de vivre
restera l’un des plus émouvants de ma vie…

Nous ( les 62 convoyeurs solidaires ) sommes arrivés a destination.
Après des tours de place à brandir nos drapeaux,
nous avons rencontré des gens extraordinaires !
Je pleurais derrière ma caméra, les camarades aussi,
nous ne nous connaissions pas voilà quelques jours
et nous venons de vivre ensemble
un moment de solidarité et de fraternité très intense
au point que nous nous tombions tous dans les bras.
Ce moment fera perdurer en nous tout l’espoir
que l’on porte à l’humanité, nous les utopistes, les anarchistes,
les insoumis, les zadistes, les squatteurs….
Ensemble, nous avons réussi.
Les enfants sont épatants, ils ont plein de nouveaux copains déjà
et peu importe la langue, peu importe le parcours,
ils se tiennent déjà la main et se partagent leurs jeux.
Aujourd’hui, nous pleurons de joie et nous avons repris toutes nos forces.

Nous vaincrons, ça ne fait nul doute…
  ( Éloise, Maud, Yannis et les autres )

Merci à tous les cœurs vivants, ici à Angers comme ailleurs,
qui ont rendu cette aventure possible. Solidarité et résistance !
Plus d’infos sur le site de Yannis Youlountas.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer