Archives pour la catégorie Billets

Notre folie ordinaire

Notre folie ordinaire porte un nom, elle s’appelle capitalisme.
Ou bien avidité, cupidité, mépris, arrogance… si vous préférez.

Les images sont de YAB ( désolé ) mais son commentaire gnangnan
a été remplacé par le chant de Greg Lake et son magnifique Epitaph :
« If we make it, we can all sit back and laugh
But I fear tomorrow, we’ll be crying. »
L’épitaphe de l’humanité sera-t-il le suivant :
« Notre passage sur cette terre ne fut
que domination des uns sur les autres et de tous sur la planète.
Nous n’avons pas pu, nous n’avons pas su faire autrement.
Encore toutes nos excuses… »

« Confusion will be my epitaph » ( Le désarroi sera notre épitaphe )

Si vous avez cinq minutes, ouvrez GRAND les yeux et les oreilles !
Un petit “message in a bottle” bien sûr
mais un grand “message in a bAttle” avant tout.
Publicités

Café repaire de rentrée Mardi 5 septembre

Rendez-vous mardi 5 septembre ( au Challenge à 19h30 )
pour notre Café repaire de rentrée
qui tentera de faire le point sur les différentes résistances
qui se mettent en place ici et là contre la politique gouvernementale.
Ont été invitées la plupart des organisations qui s’opposent
(  avec plus ou moins de virulence et de manières très diverses )
au projet de gouvernance Macron : mouvements sociaux,
collectifs citoyens, syndicats, partis politiques…
Nous passerons en revue bien sûr
toutes les nouvelles « medefications » de la loi travail,
nous évoquerons la mobilisation du 12 septembre
et chacun pourra exposer sa manière de donner à  désirer
un autre projet de société que la soupe indigeste que nous sert
la grande majorité de la sphère politico-médiatique,
éternellement libérale, croissanciste et spectaculaire.
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Du souci pour les soucis

Samedi dernier, nous étions venus « en visite », armés de notre seule bienveillance…
Des voisins fort sympathiques nous avaient aidés à débarrasser la Friche des jardins de tous ses détritus, à débroussailler, à désherber, à bêcher et à planter un joli parterre de soucis.
Et puis voilà qu’hier, d’autres voisins moins accueillants ont jugé nécessaire de couper court à nos envies de nature, d’amitié et de partage. Ils ont refermé le portail que nous avions laissé grand ouvert et retiré la belle plaque de bienvenue que nous avions confectionné à leur intention.
En réaction à notre souhait de faire vivre la Friche des jardins, j’aurais compris l’inquiétude, j’aurais accepté l’indifférence mais je reste désemparé devant cette fin de non recevoir, cet acharnement à faire disparaitre toute trace de notre venue, comme si nous avions commis je ne sais quelle vilenie.
Mais malgré tout, je veux croire que ces actes ne sont que la provocation de quelques « braves gens qui n’aiment pas qu’on suive une autre route qu’eux », sans doute effrayés par cet espace de liberté inattendue. Pensez, que de simples citoyens puissent laisser libre cours à leur envie de bonheur sans même en référer au bon vouloir des autorités ! Alors je préfère oublier ces éternels gardiens de l’ordre établi, ces rabat-joie qui ne connaissent que la défiance et le repli sur soi.
Et pour  me remonter le moral, je m’en vais gratouiller sur ma guitare La visite de Brassens mais franchement, le cœur n’y est pas…
Yohann, je me fais du souci pour tes soucis.
On n’était pas des Barbe-Bleue, ni des pelés, ni des galeux
Porteurs de parasites.
On n’était pas des spadassins, on venait du pays voisin
On venait en visite.
On n’avait aucune intention de razzia, de déprédation
Aucun but illicite
On venait pas piller chez eux, on venait pas gober leurs œufs
On venait en visite.
On poussait pas des cris d’Indiens, on avançait avec maintien
Et d’un pas qui hésite.
On braquait pas des revolvers, on arrivait les bras ouverts
On venait en visite.
Mais ils sont rentrés dans leurs trous, mais ils ont poussé les verrous
Dans un accord tacite.
Ils ont fermé les contrevents, caché les femmes, les enfants
Refusé la visite.
On venait pas les sermonner, tenter de les endoctriner
Pas leur prendre leur site.
On venait leur dire en passant, un petit bonjour innocent
On venait en visite.
On venait pour se présenter, on venait pour les fréquenter
Pour qu’ils nous plébiscitent.
Dans l’espérance d’être admis et naturalisés amis
On venait en visite.
Par malchance, ils n’ont pas voulu de notre amitié superflue
Que rien ne nécessite.
Et l’on a refermé nos mains, et l’on a rebroussé chemin,
Suspendu la visite.
( La visite  –  Georges Brassens )

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mercredi 15 mars – 20 h – soirée de soutien aux centres autogérés grecs

Bravo aux Angevins, collecte réussie au pied de la yourte de Nuit Debout installée au Ralliement pendant ces trois derniers samedis ! Merci aux personnes qui se sont déplacées de Laval ou de Cholet pour venir y déposer leurs dons, merci aux camarades de Loire-Atlantique qui ont collecté de leur côté, merci au Bistrot des Citoyens du Monde pour sa contribution.
Ce sont plus de 100 kilos de dons qui vont s’en aller rejoindre dès jeudi prochain les collectes initiées dans 30 autres départements.
Au final, le convoi solidaire qui s’ébranlera le 25 mars pour aller soutenir les centres autogérés d’Athènes et de Thessalonique sera composé de 20 fourgons au départ de France, d’un fourgon belge, d’un fourgon suisse et d’un autre espagnol.
Arrivée des 150 kg de la collecte angevine chez Yannis et Maud.
Et un grand merci à nos convoyeurs, Jocelyne et Gérard !

Et maintenant…
RENDEZ-VOUS MERCREDI 15 MARS
au bar Le Challenge à partir de 20 heures

pour clôturer cette collecte en compagnie de Pascal Franchet, président du CADTM France. Soirée de discussion et d’information sur la réalité vécue par le peuple grec avec projection de petits films vidéo ainsi qu’une liaison en direct par skype avec le réalisateur franco-grec Yannis Youlountas. Des cartons seront disponibles pour recevoir de nouveaux dons ( fournitures ou argent ).
Vous trouverez ici la liste des besoins principaux.
Encore merci de votre soutien, quelle que soit la forme, ne serait-ce qu’en partageant l’info. De leur côté, nos camarades grecs et réfugiés attendent avec impatience l’arrivée du convoi pour fêter ensemble cette nouvelle jonction entre nos mouvements de lutte, par-delà les frontières, d’un bout à l’autre de l’Europe, et au-delà avec nos camarades réfugiés…
Bien à vous,
Yannis Youlountas
Collectif artistique et solidaire ANEPOS

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Votre « OUI » est légaliste Notre « NON » est légitime

nddl-la-cour-administrative-confirme-la-legalite-du-projet-d-aeroport

Messieurs les juges « impartiaux » qui venez de prendre la décision de confirmer la pertinence du projet écocidaire et scandaleux de Notre-Dame-des-Landes, je vous regarde à la sortie de la salle d’audience et trouve que vous n’avez pas l’air fiers de votre décision, ni de votre mission…
En défendant le droit de cet État si peu démocratique, du profit et des intérêts politico-financiers, vous venez de prouver que la justice administrative est bien à la botte des intérêts privés et du pouvoir qui les soutient.
Mais votre décision n’entame en rien la légitimité de notre combat face à la destruction du vivant et à la marchandisation du monde. L’ensemble du mouvement anti-aéroport réaffirme qu’il ne laissera place à aucun début de travaux ni d’expulsion sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Nos appels à soutien et réactions immédiates et massives, au niveau local, régional et au-delà, restent inchangés, nous les mettrons en œuvre avec toute la détermination nécessaire.
A Angers : en cas d’intervention policière sur la ZAD, rassemblement à Angers le soir-même à 18 heures place du château pour tous ceux qui ne pourront se rendre à NDDL. Une action concertée est d’ores et déjà prévue, le déroulement en sera donné sur place. Un veilleur restera au château pour diriger les éventuels retardataires.
Apportez chasubles, panneaux, casseroles et café chaud !

justice-5

 Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Merci Yannis…

Merci Yannis :

anarchie-20

Camarades, réveillons-nous !
Ce vieux monde n’en finit pas de cracher son fiel…
La mascarade démocratique bat son plein sur tous les écrans,
se joue à guichet fermé sur toutes les scènes.
Le venin libéral et croissanciste gangrène notre humanité,
anesthésie l’imaginaire social.
L’hydre capitaliste réclame encore et toujours plus de sacrifices,
broie les dernières poches de résistance.
Nous n’avons pas le choix : résister, lutter, rassembler, expérimenter, faire face et se tenir debout
dans l’assourdissement du spectacle…
spectacle

Retour aux sources

Le Cercle 49 se fait un plaisir de se joindre aux prochaines mobilisations angevines du mouvement Nuit Debout. Il sera donc présent au banquet populaire prévu samedi prochain 3 septembre sur la place du Ralliement à partir de 19 heures.
nuit debout 3Le Cercle 49 renouera ainsi avec sa première aspiration : créer des lieux de débat dans l’espace public, expérimenter des espaces ouverts de rencontre et de résistance. Bref, faire de la « politique ».
C’était au printemps 2011, il était déjà fort question de questionner en place publique le fonctionnement de notre si belle démocratie…
histoireL’année suivante, le Cercle appelait les Angevins à se retrouver sous le chapiteau du kiosque du jardin du Mail. Au grand dam de la mairie qui craignait de voir l’équipement municipal du kiosque dévolu  à la seule  « culture » devenir un véritable espace d’expression politique… Comme si donner la possibilité aux personnes de parler, de débattre, de lire, de chanter, d’écrire, de s’exprimer n’était pas éminemment culturel !
Programmation CERCLEEt puis retour sur la place du Ralliement en 2014, en clin d’œil au mouvement Occupy Wall-street de New-York, nous nous retrouvions une nouvelle fois à essayer de construire ensemble cet autre monde possible si nécessaire.
Alors à samedi prochain, y’aura des livrets de chant pour égayer la lutte et des financiers à se mettre sous la dent, bien sûr !
Affiche Occupy ze Ralliement couleur 22 mars

La loi travail a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de notre indignation. A la suite de la mobilisation en ligne derrière le mot d’ordre #OnVautMieuxQueCa et dans l’effervescence créatrice provoquée par le film Merci Patron, un collectif de citoyens ouvert, déterminé, joyeux et pragmatique s’est formé. A la convergence des luttes sociales et écologistes puis de la mobilisation étudiante, notre mobilisation vise d’abord à rassembler et à libérer une parole citoyenne inaudible dans les cadres étriqués de la représentation politique traditionnelle.
Pour passer du clavier au pavé, nous avons décidé d’occuper pacifiquement des places publiques. La #NuitDebout est née d’un pari fou auquel le nombre a donné raison. Nourris des expériences citoyennes des indignés, d’occupy et des printemps arabes, nous construisons une dynamique horizontale, non-violente et créative.
Toutes les conditions sont réunies pour que s’accomplisse enfin un véritable renouvellement démocratique conçu collectivement par des citoyens jusqu’ici résignés et écœurés. Partout en France, des initiatives bourgeonnent spontanément, voulues par des citoyens désireux de reprendre en main leur présent et leur futur.

nuit debout