Archives pour la catégorie Billets

19 avril, journée fertile !

Depuis des semaines, une vague de colère ne cesse de monter
dans tout le pays contre les attaques de Macron.
Dans les universités, les lycées, les gares, les hôpitaux,
les grandes surfaces, à EDF, à la poste, dans les écoles …
On ne compte plus les secteurs, toujours plus nombreux,
qui entrent en lutte, partout, contre la politique de Macron.
Une politique qui conjugue les cadeaux aux plus riches,
la guerre aux plus pauvres et la répression la plus dure.
Pour faire reculer ce gouvernement qui ne répond
que par l’arrogance et la matraque,
à nous de nous rassembler, d’unir nos forces
et à la fin c’est nous qu’on va gagner !
Après la manif du matin, on ne rentre pas bêtement à la maison.
Rendez-vous sur la place du Ralliement :
piquenique, assemblée populaire, convergence des luttes
en présence de Yannis Youlountas, le réalisateur franco-grec
qui nous présentera son nouveau film L’amour et la révolution
le soir-même au cinéma Les 400 coups à 20 heures.
Un stand de collecte sera dressé tout au long de l’après-midi
sur la place du Ralliement pour recueillir vos dons
( voir la liste des besoins )
Répondons présent à ce nouvel appel à soutien
avec ceux qui n’ont cesse de lutter en Grèce face à l’austérité
en organisant des lieux solidaires autogérés :
cuisines gratuites, dispensaires médicaux
et centres d’accueil pour migrants.
Apportons chacun notre « part »
pour lutter contre le feu de la tourmente grecque
comme dit le petit colibri… OUI mais
SANS OUBLIER de dénoncer et de combattre sans relâche
les pyromanes ivres de pouvoir et d’argent
qui allument un peu partout sur la planète ces brasiers de misère,
de destruction et de désespoir
dans lesquels nous allons disparaitre.

Publicités

Ils écraseront les fleurs mais ils n’arrêteront pas le printemps !

Parce que je ne supporte plus ce mépris,
ces calomnies et ces violences que l’on professe
à l’encontre de toutes ces personnes magnifiques
que l’on rencontre en se rendant sur la Zad,
de leur désir de construire autrement,
de leur souhait de vivre autre chose.
de leur volonté d’enraciner l’avenir.
Ouvrez grand vos yeux, voyez la bonté et la joie de vivre.
Ouvrez grand vos oreilles, entendez le courage et la raison…

Le nouveau monde, c’est nous.
Le nouveau monde qu’ils nous proposent n’est que le rejet né de la souche en décomposition de leur ancien monde. Il est issu des mêmes racines, nourri de la même sève. Il ne prend pas en considération les nouveaux enjeux. Il réinvente toujours les mêmes solutions pour résoudre les conflits qu’il engendre sans jamais s’attaquer vraiment au problème qui est sa propre gouvernance. En cela il n’est absolument pas moderne, malgré sa technicité et son langage. Face au problème environnemental, face au problème migratoire qui lui sera de plus en plus lié, face à la captation par un nombre de plus en plus petit de plus en plus de richesses, face a l’inquiétude grandissante des populations et notamment de nos adolescents qui vont vivre dans ce monde, ils nous répondent individualisme, compétitivité, compétition, capitalisation et toujours consommation. Un nouveau monde ne peut se construire sur les vieilles recettes qui permettent depuis des siècles à certains de tout accaparer. Guerres, destructions, entretien de dictatures, reconstructions, alimentation et mode de vie pathogènes, médicaments, cliniques, déficit, banques, consommation, déchets, pollution, compétition, rester en tête, premier de cordée. Un premier de cordée qui traîne tellement de corde derrière lui que beaucoup resteront dans la plaine lorsqu’il aura atteint le sommet de sa réussite sociale. Notre nouveau monde a l’utopie de ceux qui y crurent aussi et crie « Liberté, égalité, et fraternité ». Oui notre liberté individuelle se restreint sous le joug d’une époque rendue sécuritaire face aux menaces qu’elle a créé, les inégalités de richesses sont dignes des monarchies, et les enjeux sont tels qu’ils exigent de plus en plus de solidarité entre nous. Le nouveau monde ce n’est pas rattraper un retard économique pour créer plus d’emploi. Le nouveau monde c’est réinventer la façon de produire et de consommer. Le nouveau monde, ce n’est pas la lutte contre la maladie, c’est rester en bonne santé, le nouveau mond e, ce n’est pas lutter contre l’immigration, c’est arrêter le pillage des continents, le nouveau monde ce n’est pas consommer plus, c’est vivre autrement. Vous êtes le vieux monde effrayé par l’émergence du nouveau, vous répondez à nos expériences de vie comme vos pères et vos grands-pères avant vous, par le maintien de l’ordre, vous les responsables du désordre. Votre monde est morbide et va inéluctablement à sa destruction. Le nouveau monde c’est nous.

La toute-puissance de l’appel d’air !

Et voilà donc, une fois de plus, notre maire justifie
son refus de donner accès à l’eau aux exilés qui ont trouvé refuge
dans les auto-réquisitions de La Rose et de La Romanerie
par l’imparable argument de l’appel d’air :
«  Je ne m’engagerai pas dans une position qui enverrait le signal qu’il y a de la place à Angers et que davantage de personnes peuvent venir »
( Le Courrier de l’Ouest  14/02/2018 )
On imagine, cela va de soi,
les candidats à l’exil du monde entier dirent :
« Chérie, fais vite tes valises !
On part à Angers, ils nous paient un coup à boire… »
C’est bien simple, je ne vois qu’une seule explication,
l’eau de l’Agglo serait devenue tout bonnement MIRACULEUSE !
Alors comptez-sur nous pour en organiser
la distribution à tous très bientôt.
Et en particulier, à ceux qui en sont privés.
On ne garde pas une telle eau, monsieur le maire, par devers soi !
De manière plus sérieuse, lire la tribune parue sur Reporterre
et signée par de nombreuses associations :
Le droit à l’eau doit devenir une priorité politique.

Jeudi 25 janvier 20h30 Voyage en utopie

Le 28 mars 2017, un mystérieux convoi de 26 fourgons
venus de France, Belgique, Suisse et Espagne
arrive au centre d’Athènes, dans le quartier rebelle d’Exarcheia.
Les chaînes de télé grecques évoquent une grave menace.
Le ministre de l’intérieur annonce qu’une enquête est ouverte.
La fabrique de la peur tourne à plein régime.
En réalité, il s’agit d’un convoi solidaire qui vient apporter
un soutien matériel, politique et financier au mouvement social grec et aux réfugiés bloqués aux frontières de l’Europe.
Parmi les 62 visiteurs, 4 enfants participent
à cette aventure humaine : Achille, Nino, Capucine et Constance.
Ce film raconte cette odyssée fraternelle et rend hommage
aux solidarités par-delà les frontières.

Soirée projection-débat
en présence de la réalisatrice  Eloïse Lebourg

qui signe là son 6ème film.
Journaliste engagée, elle est l’une des spécialistes
de la question des lanceurs d’alerte en France
et a créé son propre média Mediacoop,
une coopérative indépendante  et participative,
afin de relayer les alternatives citoyennes
mais aussi les luttes sociales et environnementales.

JEUDI 25 JANVIER à 20H30
au Bistrot des Citoyens du Monde
( 45 route de Cholet à Mûrs-Érigné )
Documentaire ( 57 min )
Participation libre

Partenariat  Le CERCLE 49  –  ATTAC 49  –  Le BCM

 

Bure : le projet, la lutte Café repaire

A 500 mètres sous terre, dans les entrailles du sous-sol meusien,
la filière nucléaire projette de creuser un caveau pour l’éternité.
Ce qui se joue là-bas est essentiel.
S’opposer au projet CIGEO, c’est refuser de devenir cogestionnaire
du désastre atomique qui en suivra.
Alors des militants ont convergé pour lutter sur place
pour faire, face à la menace d’une contamination,
le pari d’une contestation joyeuse !

RENDEZ-VOUS  MARDI 9 JANVIER
à partir de 19h30 
au bar Le Challenge :

– Rappel du projet par les camarades de SDN49
– Témoignages de la lutte et de la vie sur place
– Actions futures du Comité angevin de soutien

Infos supplémentaires ICI.

 

Signez la pétition

A Nantes, étudiants, jeunes exilés, syndicalistes et associatifs
réquisitionnent des bâtiments depuis plus d’une semaine
pour visibiliser l’abandon des exilés à la rue malgré les dénégations de la mairie socialiste.  Reportage vidéo de Streets politics :

Suite à la nouvelle occupation du château du Tertre
et malgré des dialogues indirects entre la présidence et les occupants,
hier lundi 27 novembre, la présidence nous a sommés de quitter les lieux. Nous avons répondu via une conférence de presse où la présence était massive et variée. Des étudiant.e.s, associations, des élu.e.s, des syndicats du personnel universitaire et étudiant, qui ont affirmé leur soutien
aux différentes actions menées.

Aujourd’hui, un huissier est venu constater les deux occupations.
Les risques d’expulsions sont donc avérés.
Nous appelons à la solidarité des siens et de toutes les personnes
se sentant concernées par la situation, à être vigilant, à relayer rapidement les prochaines informations et à venir massivement
résister à toute opération policière.
Nous avons également besoin de monde au quotidien
pour appuyer et aider les personnes impliquées depuis déjà
plusieurs semaines dans ce combat. Les salles occupées de Censive
sont toujours ouvertes pour recevoir dons, présence et implication
dans la gestion de tous les jours.
Nous rappelons à la présidence de l’université de Nantes
son engagement à prévenir toute expulsion afin de mettre à l’abri
les mineurs et à prendre acte de la précarité dans laquelle
vivent ces jeunes, comme a pu le faire la présidence de Lyon II Bron
en soutenant clairement l’occupation d’un amphi.

Nous sommes déterminé.e.s face à l’urgence de la situation.
Tant que les pouvoirs publics nieront la situation désastreuse
des jeunes exilé.e.s, nous continuerons, nous réquisitionnerons,
nous occuperons. Nous occuperons la ville entière s’il le faut.
Tout ne fait que commencer, ils ferment un squat on en ouvre quatre !

( communiqué de Université de Nantes en Lutte )

Une pétition tourne sur internet,
n’hésitez pas à la partager et la signer !
PÉTITION