Archives pour la catégorie Rencontres

Octobre, soutien à ceux qui luttent en Grèce

Répondons présent à ce nouvel appel à soutien
avec ceux qui n’ont  cesse de lutter en Grèce face à l’austérité
en organisant des lieux solidaires autogérés :
cuisines gratuites, dispensaires médicaux
et centres d’accueil pour migrants.
Nous avons dores et déjà collecté près de 600€ !
Merci à vous tous, cet argent s’en ira aider début novembre
tous ceux qui ne baissent pas les bras du côté de la mer Égée…
Tenue d’un stand de collecte place du Ralliement
pendant 4 samedis après-midi du mois d’octobre.
Inscrivez-vous pour aider à tenir le stand ( créneau d’1h30 ) !
Et puis une soirée pour s’informer, se rencontrer, se mobiliser :
RENDEZ-VOUS  JEUDI 19 OCTOBRE
au BCM de Mûrs-Érigné ( 45 route de Cholet ) à 20h.
Projection-débat autour du film de Philippe Menut
La tourmente grecque II ( actualisé en mars 2017 )

Lors de cette soirée, des cartons seront aussi disponibles
pour recevoir vos dons ( fournitures ou argent ).
Vous trouverez ici la liste des besoins principaux.

Organisations signataires de l’appel : Le Cercle 49  – Nuit Debout Angers – Bistrot des Citoyens du Monde – ATTAC 49 – NPA 49 – Confédération Paysanne 49 – FSU 49 – Syndicat de la Médecine Générale – Ensemble 49 – CGT 49 – Sud 49 – France Insoumise 49 –
Front Social Angers – …

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Café repaire mardi 03/10 Ici comme en Grèce : solidarité et résistance !

RENDEZ-VOUS MARDI 3 OCTOBRE
au bar Le Challenge à partir de 19 heures 30

en compagnie de Pascal Franchet, président du CADTM France.
Soirée de discussion et d’information
sur la réalité vécue par le peuple grec et les luttes qu’elle soulève.
Cette soirée initiera une nouvelle collecte
en direction du prochain convoi solidaire de novembre vers la Grèce, en soutien avec  ceux qui n’ont cesse de résister ici comme ailleurs face à l’austérité en organisant des lieux solidaires autogérés : centres sociaux, cuisines gratuites, dispensaires médicaux,
ou hébergements pour réfugiés.

Des cartons seront disponibles pour recevoir vos dons
( fournitures ou argent )
Vous trouverez ici la liste des besoins principaux.
Il s’agit d’apporter un soutien politique, matériel et financier
au mouvement social en Grèce, qui résiste, crée et multiplie
les initiatives solidaires autogérées ( tant à l’égard des Grecs frappés par une austérité mortifère et une misère dévastatrice qu’à l’égard des réfugiés et migrants bloqués en Grèce ).
Ce convoi est bien plus « qu’humanitaire ».
Notre action est totalement politique.
Notre action soutient directement la résistance,
s’inscrit complètement dans la solidarité
au sein du mouvement social de manière totalement indépendante.
Cette indépendance et ce type d’initiatives de résistance
est indispensable pour ne pas laisser ce terrain
à certaines fondations ou associations humanitaires
créées par les firmes et les multinationales pour améliorer
leur image (social-washing) alors qu’elles sont souvent responsables de la privatisation ou de la destruction du bien commun
( par exemple Vinci, GDF-Suez, EDF, Veolia et beaucoup d’autres firmes françaises prédatrices en Grèce ).
C’est pourquoi notre convoi est avant tout un convoi solidaire.
La Grèce constitue le laboratoire d’expérimentation
des pires politiques libérales de l’Union Européenne
qui ont conduit à une crise économique profonde
et à une crise humanitaire sans précédent.
Le peuple grec est pris en étau entre les intérêts de la dette,
l’intérêt des classes dominantes et les politiques ultra-austéritaires imposées notamment par l’Union Européenne.
Pour toutes ces raisons,
apportons toutes les formes de soutien possibles
au mouvement social grec !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mercredi 2 août à La Rose une table et une toile…

Jetés du Port de l’Ancre, jetés de la Petite Pignonnière, jetés du Château de Moulinsart, jetés il y a 15 jours de La Vendange, nos obstinés migrants, amoureux de la douceur angevine, ont repris une énième fois leur matelas sur le dos  pour aller quérir asile ailleurs …
Aujourd’hui, c’est chose faite, ce nouveau coin de paradis réquisitionné s’appelle  La Rose, au 41 avenue Maurice Tardat, juste devant le lycée professionnel Simone Veil. Cette maison laissée à l’abandon depuis cinq ans appartient à l’Agglo, nous nous réjouissons donc que nos impôts servent ce bel élan de fraternité ! Et puis que nos élus se rassurent, nous nous efforcerons même ( sans leur réclamer le moindre denier ) de remettre en état ce bien public qui a été vandalisé à plusieurs reprises ( tuyaux arrachés, vitres brisées… )
Afin que la vie sous ce nouveau toit se déroule du mieux possible durant cette période estivale où les liens de solidarité s’effilochent, nous vous donnons à nouveau rendez-vous ce mercredi 2 août pour une autre soirée de rencontre et de  partage ( voir flyer ci-dessus )
Depuis le premier jour d’installation, nous accueillons à chaque fois de nouveaux voisins qui viennent avec leurs interrogations, leurs craintes, leurs souhaits… Ces soirées sont aussi faites pour mettre des visages et de vraies images sur une réalité que les pouvoirs publics aimeraient contrefaire ou occulter.
Si vous le pouvez, apportez un petit quelque chose à boire ou à manger. L’accès à l’eau potable étant coupé, les bonbonnes d’eau sont les bienvenues.
Plan d’accès à La Rose ( entrez par le portail gris en face du lycée ) :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Mardi 18 venez fêter la fraternité à la Rose

Mardi 18 juillet à partir de 19 heures,
nous invitons tous les Angevins à venir fêter à La Rose
la victoire de la fraternité sur la bêtise et la haine.
Apportez votre pliant et un petit quelque chose
à boire ou à manger.
Et si vous êtes sur la route des vacances,
n’oubliez pas de noter cette adresse
pour nous envoyer une jolie carte postale
avec un petit message de soutien.
La boîte aux lettres est déjà posée,
nous les lirons au cours de la soirée.Si nous réjouissons bien sûr d’avoir réussi à mettre à l’abri
provisoirement les demandeurs d’asile de La Vendange,
nous restons préoccupés et engagés dans la recherche
de solutions pour les familles roms des deux autres squats.
Et nous saluons particulièrement
les habitants des Trois Paroisses
qui ont subi le même sort indigne mardi dernier
pour leur magnifique appel à résistance !

Plan d’accès à La Rose :
( entrez par le grand portail métallique gris en face du lycée )
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Visite du Pap’40 en Anjou les 29 et 30 juin !

JEUDI 29 JUIN au bar Le Challenge à partir de 20 heures !
Nous accueillerons Alessandro Di Giuseppe, Fils du Capital
le Pap’40 de l’Église de la Très-sainte Consommation.
Si vous ne connaissez pas le bonhomme
prenez le temps de visionner cette vidéo et appréciez…

Le saint-Père se décrit lui-même comme un « artiviste »,
spécialiste des actions de rue théâtralisées
comme ici à Bruxelles devant la commission européenne :

Avec lui, toutes les résistances : au capitalisme, au nucléaire,
à l’injonction consumériste, au diktat de la croissance,
bref à l’abrutissement généralisé,
se changent en un grand bol d’air jouissif et décolonisant !

Jeudi 29 juin, le Pap’40 sera donc des nôtres au bar Le Challenge
à partir de 20 heures pour échanger avec nous sur cette forme de militantisme qu’il affectionne et pour préparer ensemble une action de rue que nous mettrons en pratique
le lendemain vendredi 30 juin
dans les rues d‘Angers entre 12h et 14h !

Et pour clore la journée en beauté,
le VENDREDI 30 JUIN, tous à Nantes !

Alessandro Di Giuseppe y jouera son spectacle Croissance reviens !
à la Salle Bretagne à 20h30 ( 23 rue Villebois-Mareuil )
La billetterie est ouverte :
vous pouvez retirer vos places dès à présent
au bar Le Challenge ( 12 place Mendes France à Angers )
Pas de prix fixé, participation aux frais selon vos possibilités.
( un don minimum de 5€ serait souhaitable )
Et ci-dessous, un appel à covoiturage
pour que tout le monde puisse se rendre à Nantes
dans de bonnes conditions  :


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Du souci pour les soucis

Samedi dernier, nous étions venus « en visite », armés de notre seule bienveillance…
Des voisins fort sympathiques nous avaient aidés à débarrasser la Friche des jardins de tous ses détritus, à débroussailler, à désherber, à bêcher et à planter un joli parterre de soucis.
Et puis voilà qu’hier, d’autres voisins moins accueillants ont jugé nécessaire de couper court à nos envies de nature, d’amitié et de partage. Ils ont refermé le portail que nous avions laissé grand ouvert et retiré la belle plaque de bienvenue que nous avions confectionné à leur intention.
En réaction à notre souhait de faire vivre la Friche des jardins, j’aurais compris l’inquiétude, j’aurais accepté l’indifférence mais je reste désemparé devant cette fin de non recevoir, cet acharnement à faire disparaitre toute trace de notre venue, comme si nous avions commis je ne sais quelle vilenie.
Mais malgré tout, je veux croire que ces actes ne sont que la provocation de quelques « braves gens qui n’aiment pas qu’on suive une autre route qu’eux », sans doute effrayés par cet espace de liberté inattendue. Pensez, que de simples citoyens puissent laisser libre cours à leur envie de bonheur sans même en référer au bon vouloir des autorités ! Alors je préfère oublier ces éternels gardiens de l’ordre établi, ces rabat-joie qui ne connaissent que la défiance et le repli sur soi.
Et pour  me remonter le moral, je m’en vais gratouiller sur ma guitare La visite de Brassens mais franchement, le cœur n’y est pas…
Yohann, je me fais du souci pour tes soucis.
On n’était pas des Barbe-Bleue, ni des pelés, ni des galeux
Porteurs de parasites.
On n’était pas des spadassins, on venait du pays voisin
On venait en visite.
On n’avait aucune intention de razzia, de déprédation
Aucun but illicite
On venait pas piller chez eux, on venait pas gober leurs œufs
On venait en visite.
On poussait pas des cris d’Indiens, on avançait avec maintien
Et d’un pas qui hésite.
On braquait pas des revolvers, on arrivait les bras ouverts
On venait en visite.
Mais ils sont rentrés dans leurs trous, mais ils ont poussé les verrous
Dans un accord tacite.
Ils ont fermé les contrevents, caché les femmes, les enfants
Refusé la visite.
On venait pas les sermonner, tenter de les endoctriner
Pas leur prendre leur site.
On venait leur dire en passant, un petit bonjour innocent
On venait en visite.
On venait pour se présenter, on venait pour les fréquenter
Pour qu’ils nous plébiscitent.
Dans l’espérance d’être admis et naturalisés amis
On venait en visite.
Par malchance, ils n’ont pas voulu de notre amitié superflue
Que rien ne nécessite.
Et l’on a refermé nos mains, et l’on a rebroussé chemin,
Suspendu la visite.
( La visite  –  Georges Brassens )

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le convoi est arrivé ! Solidarité et résistance !

Il est des moments inoubliables dans notre existence.
Celui que nous venons de vivre
restera l’un des plus émouvants de ma vie…

Nous ( les 62 convoyeurs solidaires ) sommes arrivés a destination.
Après des tours de place à brandir nos drapeaux,
nous avons rencontré des gens extraordinaires !
Je pleurais derrière ma caméra, les camarades aussi,
nous ne nous connaissions pas voilà quelques jours
et nous venons de vivre ensemble
un moment de solidarité et de fraternité très intense
au point que nous nous tombions tous dans les bras.
Ce moment fera perdurer en nous tout l’espoir
que l’on porte à l’humanité, nous les utopistes, les anarchistes,
les insoumis, les zadistes, les squatteurs….
Ensemble, nous avons réussi.
Les enfants sont épatants, ils ont plein de nouveaux copains déjà
et peu importe la langue, peu importe le parcours,
ils se tiennent déjà la main et se partagent leurs jeux.
Aujourd’hui, nous pleurons de joie et nous avons repris toutes nos forces.

Nous vaincrons, ça ne fait nul doute…
  ( Éloise, Maud, Yannis et les autres )

Merci à tous les cœurs vivants, ici à Angers comme ailleurs,
qui ont rendu cette aventure possible. Solidarité et résistance !
Plus d’infos sur le site de Yannis Youlountas.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer