Café repaire 3 décembre Tentons tout !

Rendez-vous mardi 3 décembre pour le Café repaire.
Il sera consacré à préparer CONCRÈTEMENT
les journées du 5, du 6 et du 7 décembre.
Construction d’un char, de banderoles, organisation…
En clair, nous avons besoin de bras !
A partir de 19H30 au Challenge comme d’hab’.

Tribune publiée dans Lille Insurgée :
Un appel à la grève est lancé pour le 5 décembre contre la réforme des retraites. Il est évident pour tout le monde que les personnes qui y prendront part auront des volontés et des revendications qui iront bien au delà de cette réforme. Prenons cette date à bras le corps. Tous.tes ensemble, et tentons TOUT.
Nous avons connu en France, ces dernières années de nombreux mouvements aux formes différentes.
Pendant la loi travail, nous vivons des grèves massives et des manifestations radicales. La jeunesse, qui bloque facs et lycées n’hésite pas à remettre de la conflictualité dans un mouvement social complètement pacifié avec l’apparition du cortège de tête qui n’hésite pas à aller au delà de la manifestation syndicale telle qu’elle a existé pendant de longues années. Nous experimentons aussi les Nuits Debout et leurs assemblées interminables. Ces longues nuits permettent tout de même de nous organiser, de créer et d’exprimer un discours politique en plein coeur de nos villes.

En avril et mai 2018, un mouvement massif d’occupation des universités a lieu dans de nombreuses villes de France. Les facs, occupées par les étudiant.e.s, deviennent alors des lieux d’organisation et d’expression politiques conséquentes. À l’époque, elles font peur au pouvoir qui n’a trouvé, comme seule réponse, que l’expulsion manu-militari des campus.
Dans le même temps, une importante grève perlée des cheminot.e.s a lieu, des liens indéfectibles ont été fait durant cette période. On se souvient de ce cortège de cheminot.e.s rejoignant la fac de Lille 2, sous occupation policière le premier jour des partiels. Pour autant, la stratégie de la grève perlée a montré ses limites et il est desormais clair pour tous.tes les travailleurs.ses que seule une grève reconductible permettra d’instaurer le rapport de force nécessaire.

Quelques mois plus tard, en novembre, démarre le mouvement des gilets jaunes. Ce dernier a rebattu les cartes des méthodes de contestation.
Bloquer les rond-points, en faire des lieux de convergence, mais aussi de vie. Durée, longtemps, très longtemps. 1 an. Samedi après samedi, sans en louper aucun.
Ouvrir les péages, bloquer activement les zones commerciales, les ports, les flux. Les gilets jaunes l’ont bien compris. Le pouvoir est logistique. BLOQUONS TOUT.
Toutes ces actions, conjuguées avec d’importantes manifestations insurrectionnelles, ont fait vaciller le pouvoir qui est allé jusqu’à prévoir un hélicoptère pour évacuer Macron si l’Élysée était envahi.

Nous ne pouvons oublier les émeutes contre les violences policières en 2017 avec l’affaire Théo, la victoire amère sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la multiplication des ZAD sur le territoire, les blocages lycéens de décembre 2018, et les terrifiantes images de jeunes humilié.e.s par la police à Mantes-la-Jolie, l’expérience du G7 qui, bien qu’il soit un échec, nous a permis d’apprendre de nos erreurs. Ainsi que les grèves particulières des pompiers et des urgentistes, qui se battent depuis plusieurs mois pour de meilleures conditions de travail tout en continuant à assurer leur rôle : Sauver des vies.
Depuis plus de 3 ans et demi, le pays a avancé de colère en colère, de soulèvement en soulèvement. Aussi différents les uns que les autres, dans leurs méthodes, dans la diversité des personnes qui y participaient.
Aujourd’hui, 9,2 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. La précarité tue. Des profs se suicident, un étudiant s’immole, une mère et sa fille sont retrouvées mortes de faim dans leur appartement.
Aujourd’hui, des milliers de personnes sont en prison, pour avoir ces dernières années, contestées un pouvoir autoritaire. L’État mutile, l’État enferme, l’État tue. Adama, Zineb, Steve, Selom, Matisse et tous.tes les autres.
Mais voilà le message que nous devons transmettre, voilà le message que nous devons porter haut et fort.
Tout est désormais possible.
Le 5 décembre semble être LA date a ne pas manquer, la coagulation de toutes les colères. Le moment où tout peut arriver.
Nous avons les forces, nous avons suffisamment d’expérience, nous avons suffisamment de colère et de rage pour faire du 5 décembre un moment important. Très important.
Nous devons prendre les différentes expériences de ces dernières années, et les pratiquer, une nouvelle fois, une ultime fois, tous.tes ensemble. Pour faire, une bonne fois pour toute, vaciller le pouvoir.
Le 5 décembre. A partir du 5 décembre, tentons tout. Bloquons et occupons les ronds-points, les places, les lieux de travail, les lycées et les universités. Propageons la grève dans tous les corps de métiers. Manifestons aussi massivement que radicalement. Autant lors des démonstrations de force déclarées en préfecture que lors de moments sauvages et spontanés.
Le 5 décembre, Bloquons tout, occupons tout, détruisons tout, créons tout, vivons tout, tentons tout. Une dernière, une ultime fois.
L’envie est là. La rage est là. La date est là.
Il ne nous reste qu’à y aller.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s