Mardi 21 juillet le CERCLE au kiosque du Mail

En ces temps estivaux, le Cercle 49  vous invite à délaisser un peu  les écrans d’ordi  et propose de se retrouver mardi 21 juillet à partir de 18 heures au kiosque du jardin du Mail.  Essayons de voir ensemble ce qui peut être fait ici en pays angevin pour ne pas déserter la révolte grecque, pour venir en aide à la jeune ZAD d’Oléron , pour réagir localement à l’approche de la COP 21,  pour soutenir les demandeurs d’asile, pour préparer les Café repaire de rentrée… Bref, comme dit Yannis Youlountas dans un de ses derniers mails  « pour multiplier les rencontres par-delà nos différences : des rencontres entre les diverses façons de penser et d’agir qui composent les mouvements et les luttes pour la sauvegarde de l’humain et de la terre contre le pouvoir mortifère de l’argent. »

Occupons l’espace public ! Faisons y entendre d’autres voix, d’autres voies…Y’aura des tables et des pliants, apportez à boire et à manger.

Grèce 16Dans le cadre du projet du Cercle ( création d’espaces de rencontre et d’éducation populaire, ouverture aux alternatives à ce monde de brutes ), nous montons un groupe d’expression artistique Les pieds ici, les yeux ailleurs ( chanson et théâtre essentiellement ) à visée sociale et humaniste. Groupe qui sera amené à proposer son soutien aux divers mouvements de lutte ainsi qu’à initier des actions de rue. L’idée est d’être assez nombreux pour pouvoir répondre présent aux appels des résistances ici et là sans se prendre trop la tête avec des contraintes de répétition ( en comptant tantôt sur l’un, tantôt sur l’autre ).

Pour tous ceux qui souhaitent donner un coup de main à ce projet, venez nous rencontrer  mardi 21 juillet à partir de 18 heures au kiosque du jardin du Mail  avec vos textes, vos instruments, vos idées… Il n’y aura PAS de casting, qu’on se le dise !
Et surtout, ne vous trompez pas de Cercle : RDV kiosqueLe nom Les pieds ici, les yeux ailleurs est extrait d’un poème de Victor Hugo ( Les rayons et les Ombres 1840 ) dans lequel il dit de l’utopie :
Le poète en des jours impies
Vient préparer des jours meilleurs.
Il est l’homme des utopies;
Les pieds ici, les yeux ailleurs.

Publicités

C’est comment qu’on va où ?

Grèce 6Un autre texte de Yannis Youlountas :

RÉPONSE À UN COMPAGNON LIBERTAIRE PERPLEXE DEVANT MON IMPLICATION DANS LA CRISE POLITIQUE EN GRÈCE.

Cher Jacques, l’anarchie est également mon horizon politique, mais je doute que, dès demain matin, d’un coup de baguette magique, on puisse miraculeusement raser gratis, se nourrir, se soigner, dans une Grèce dévastée et très dépendante. Tout ça, juste en claquant des doigts et en taguant des A cerclés sur les murs.
Je ne crois pas aux miracles. Et, surtout, je ne jouerai pas avec le feu et la vie de 11 millions de personnes dont environ 300 000 qui sont en grande précarité, donc en danger de mort. 300 000 personnes qui ont déjà reçu 200 millions d’euros d’aides financières de ce gouvernement qui est tout de même très différent du précédent, plus de l’aide médicale, ainsi que de l’eau et de l’électricité gratuite ou à prix symbolique, malgré la quasi-faillite financière, les caisses vides et la violence incessante de la BCE, là où le gouvernement français fait exactement l’inverse.
Je vois ce qui n’est pas fait, Jacques, mais je vois aussi ce qui est fait. Et aucune idéologie ne me dictera ce que je dois voir ou occulter. J’évalue et choisis d’agir en situation et j’analyse également les raisons, les processus, au-delà de nos montagnes de préjugés qui nous éloignent souvent des réalités.

Grèce 7
D’autre part, pour avancer vers l’utopie, il ne suffit pas de renverser le pouvoir, quel qu’il soit, mais il faut aussi et surtout renverser nos manières de penser et d’agir, c’est-à-dire notre imaginaire social. Et cela nécessite un travail d’éducation populaire, des débats, des convergences de luttes, des synergies et des rencontres au-delà du cadre des convaincus.
De plus, même si mon utopie est libertaire, je n’affirme pas détenir toute la vérité et mes camarades de la vraie gauche ou mes amis écologistes ne sont pas a priori plus bêtes que toi et moi. C’est donc également une affaire d’humilité que de se mêler à certaines luttes importantes, sans faire bande à part ni regarder de haut ceux qui relèvent leurs manches d’une façon un peu différente. Je suis pour l’égalité réelle, donc contre toute aristocratie de la pensée politique. J’observe parfois certains de mes compagnons se gargariser d’avoir les mains pures en restant sur le rebord du monde à ressasser des textes écrits il y a 150 ans en attendant le grand soir, au lieu de continuer à marcher vers l’utopie à travers des expériences hétérodoxes, mais fertiles.

utopie
Oui, ce qui se déroule en Grèce est hétérodoxe, y compris pour les gens de gauche et les écolos qui en perdent eux aussi leur latin. A fortiori pour nous.
Mais ce qui se passe en Grèce est une ligne de front à laquelle il serait fou de manquer. Ce qui se passe en Grèce dépasse nos petites personnes et nos diverses chapelles politiques. Ce qui se passe en Grèce est une fenêtre. Une fenêtre rare dans le temps et l’espace. Une fenêtre qu’il serait dommage de manquer, car elle pourrait ouvrir sur beaucoup de choses et bouleverser les perspectives. L’opportunité de provoquer l’échec des pires tyrans qui soient en Europe et donc de remotiver tout un continent plongé dans la résignation.
Qui te dit, Jacques, que ce qui se passe en Grèce n’ira pas plus loin, tôt ou tard ? Qui te dit que beaucoup de mes camarades et ami-e-s n’auront pas eux-mêmes le désir d’aller plus loin vers l’utopie, en avançant en si beau chemin ? Qui te dit qu’en luttant avec mes camarades et ami-e-s, je ne lutte pas aussi pour cette utopie qui nous est chère ?
Tout ce qui se passe en Grèce, dans sa grande diversité, depuis Exarcheia jusqu’au Parlement et à la commission pour l’audit de la dette, depuis les ZAD jusqu’au initiatives solidaires autogérées, tout ça, c’est pour moi l’un des berceaux d’un autre monde. Et ce berceau, pour rien au monde, je ne le laisserai piétiner. (Yannis Youlountas)

drapeau pirate

Table renversée, télé explosée…

Insurrection sourtire

Athènes, dimanche 5 juillet 2015, à 22h30.

On s’oriente vers un IMMENSE SCANDALE en Grèce, qui pourrait éclabousser les autorités européennes…
DE SOURCE OFFICIELLE, DES PLAINTES VONT SANS DOUTE ÊTRE DÉPOSÉES ET DES SANCTIONS ENVISAGÉES CONTRE DE NOMBREUSES STRUCTURES PRIVÉES QUI ONT POUSSÉ LA PROPAGANDE À SON PAROXYSME, EN ABUSANT DE LA CORRUPTION ET DU MENSONGE, ET EN VIOLANT LES LOIS ET RÈGLEMENTS EN VIGUEUR :

1 – C’est d’ores-et-déjà certain pour la plupart des chaînes de télévision qui n’ont pas du tout respecté l’égalité de temps d’antenne entre le NON et le OUI (rapport de 1 à 5, voire plus !). Les sanctions pourraient toucher jusqu’à la licence et le droit d’émettre temporairement.
2 – C’est probable pour Youtube qui a diffusé massivement de la publicité pour le OUI durant le jour de l’élection, avant les vidéos en Grèce.
3 – C’est possible pour le réseau de téléphonie mobile WIND qui a pratiqué ouvertement la corruption de vote en offrant des avantages à tous ses utilisateurs lui envoyant OUI par SMS.
4 – Un soutien sera apporté aux salariés violemment menacés par leurs employeurs et contraints d’aller aux rassemblements du OUI. Certains ont été licenciés et s’apprêtent à contre-attaquer.
5 – Le cas du chef d’état-major des armées sera examiné, car il a brisé son devoir de réserve et de neutralité en appelant publiquement à voter OUI.

télé
6 – Une enquête est quasi-certaine pour les instituts de sondages qui ont presque tous énormément triché :
6a – annonçant une nette victoire du OUI en fin de semaine ;
6b – puis une possible victoire du OUI à l’annonce des premières estimations (pour freiner l’élan des rassemblements spontanés et affaiblir l’impact de l’information dans le monde) avec des fourchettes presque toutes entre 47% et 51% pour le OUI ;
6c – le résultat final, en réalité, semble proche de 60% ou encore supérieur, ce qui signifie un écart de 20%, voire plus. Il s’agit, par conséquent d’un immense manipulation organisée massivement durant la semaine et jusqu’à ce soir sur laquelle toute la lumière devra être faite.
Ce soir, le gouvernement donne la priorité à la fête de la victoire et au débat sur les perspectives. Mais, dans les prochains jours, ce scandale éclatera très probablement en Grèce, et pourrait éclabousser les autorités européennes.
Les masques tombent. Le vent se lève.

Salut fraternel à vous tou-te-s de la part de la foule athénienne !

Yannis Youlountas

pouvoir

Des nouvelles de Grèce…

Vous pouvez suivre les nouvelles de Grèce sur le blog de Yannis Youlountas, qui nous informe depuis Athènes >>>> blogyy.net

….Et la chanson « C’est la Grèce » fait un tabac sur les réseaux.  Elle est chantée ce soir un peu partout en France. Mais pas que ! A Athènes aussi, la régie du meeting OXI, a passé l’enregistrement plusieurs fois dans la soirée !

ευχαριστώ, (merci) Yannis…

Paroles et interprétation : Marc André
Sur l’air de « Sans la nommer » de Moustaki
Illustration : Stéphane Cattaneo

Je voudrais lui dire bravo, lui rendre hommage.
Faire entendre sa colère, son courage.
L’aider à reprendre espoir, chasser sa peine
Faire cesser cette mascarade européenne.

C’est la Grèce que l’on matraque,
Que l’on poursuit, que l’on traque.
C’est la Grèce qui se soulève,
Qui souffre et se met en grève.
C’est la Grèce qu’on emprisonne,
Que la troïka rançonne,
Qui nous donne envie de vivre,
Qui donne envie de la suivre
Jusqu’au bout, jusqu’au bout.

Non personne ne lui fera courber l’échine
Notre soeur, fière et rebelle, qu’on assassine.
Suivons son exemple et relevons la tête
Chassons ces vautours qui se payent sur la bête.

photo
Oui demain, c’est le même sort qu’on nous réserve
La même soupe amère que les banquiers nous servent.
De Madrid à Paris, la même galère
Unissons nos forces, battons-nous mes frères !

Soufflant du cœur d’Athènes, la révolte gronde
Tendue vers une vie solidaire et féconde
Un avenir sans pouvoir, sans arrogance
Débarrassé des maîtres de la finance.

Message du cœur d’Athènes

Il y a des jours comme ça où l’Histoire nous porte et élimine toute fatigue.
Des jours où l’on ne sent plus son corps et où le stress et l’épuisement peuvent aller se rhabiller.
Des jours où l’arbre commun de la lutte, par-delà nos différences, fleurit puis fructifie, malgré le gel et la grêle, malgré les clivages et les doutes, malgré la tentation du dogmatisme et du sectarisme.
Il y a des jours où le temps semble suspendu et l’espace courbe, où les frontières s’effacent devant la fraternité et la solidarité, où l’imaginaire social se libère et regarde au-delà des opinions préfabriquées.
Des jours qui nous rappelle pourquoi il est si important de ne rien lâcher, même quand les temps sont durs, et de lutter, coûte que coûte, chacun à notre façon.
L’OXYGÈNE DU OXI ARRIVE pour toutes celles et ceux qui étaient fatigués ou avaient besoin de reprendre leur souffle.
Et il n’est pas un fin en soi. Bien au contraire : il est une étape, un moment charnière, un pont au-dessus des abîmes de la résignation, sur le long chemin vers l’utopie.
Bravo et encore merci à tou-te-s.
Yannis Youlountas

Grèce 2

Mercredi 8 juillet Rassemblement de soutien à la bande de Gaza

GAZA, UN AN APRÈS, OU EST LA JUSTICE ?
Que font la France et la communauté internationale ?
Il y a un an, une attaque israélienne de grande ampleur frappait la bande de Gaza assiégée. La troisième en 7 ans. 2 200 morts, 11 000 blessés, des dizaines de milliers d’orphelins, de handicapés, de familles sans abris. Sur un territoire équivalant à une bande de terre d’Angers à Saumur de moins de 10km de large et… 1 800 000 habitants. Des zones entières en ruines, les infrastructures indispensables détruites. Une situation sanitaire et humanitaire insoutenable. 51 jours de guerre intense contre la population de Gaza et la résistance qui ne cède pas.

israelLe 21 août, le cessez-le-feu laisse espérer un allègement du blocus qui étrangle Gaza depuis 8 longues années. Et en octobre la conférence des donateurs, au Caire, voit fleurir les promesses d’aide à la reconstruction.
Alors, Gaza reconstruite ? Non les ruines sont toujours là. Les donateurs n’ont pratiquement rien donné, le blocus reste hermétique, avec l’aide de l’Egypte des militaires. La reconstruction n’est qu’un vague espoir. Les pêcheurs sont régulièrement visés par les tirs de la marine israélienne, comme les paysans le sont par les chars israéliens qui patrouillent à l’est. Alors que l’eau potable et les médicaments manquent, les Palestiniens de Gaza restent enfermés et leur économie est ruinée par le blocus et les destructions. Aucun préalable à la levée du blocus de Gaza n’est acceptable. Il faut lever le blocus de Gaza, rétablir la continuité territoriale palestinienne. Il est urgent que les cris d’alarme des représentants des Nations Unies à Gaza soient entendus de nos gouvernements. Si une autre attaque
criminelle venait à frapper Gaza, la responsabilité serait celle de la « communauté internationale ».
Nous disons, ça suffit ! Il faut en finir avec l’impunité octroyée à Israël.  Aujourd’hui, la France doit prendre des sanctions contre Israël pour le contraindre à respecter le droit. Elle doit agir pour la levée du blocus illégal et inhumain de Gaza et la liberté de circulation avec le reste de la Palestine.
Faisons le savoir en nous rassemblant ce mercredi 8 juillet Place du Ralliement à partir de 18 heures.

Palestine 00011

Vendredi 3 juillet Saluons le vent de la résistance grecque

Vendredi 3 juillet ( à partir de 17 heures ) Place du Ralliement :  soufflons de concert sur la flamme de la résistance grecque !greceLes institutions européennes veulent écraser la résistance des peuples indignés.

L’Union européenne et le FMI ont mis le couteau sous la gorge du Parlement grec : il doit voter en urgence ce énième plan d’austérité et de privatisations, plus draconien encore que les précédents. Faute de quoi on coupera les vivres à la Grèce qui ne pourra plus payer ses fonctionnaires. Le message est clair : la finance européenne n’a aucune intention de céder face aux mouvements sociaux qui se développent en Europe du Sud.

Les gouvernements grec, espagnol ou portugais sont enjoints d’écraser sous une austérité implacable leurs peuples qui s’indignent. Il faut faire un exemple en Grèce, pour dissuader les autres peuples de lever la tête. Chacun sait pourtant que la dette publique de la Grèce est insoutenable : tous les observateurs, et même les économistes des banques, le reconnaissent. Les politiques d’austérité enfoncent la Grèce – mais aussi l’Espagne, l’Irlande, le Portugal… – dans une crise sociale dramatique sans offrir aucune perspective de stabilisation économique. Les coupes budgétaires à répétition ne permettent pas de réduire le déficit, car plus les dépenses publiques baissent, plus les recettes baissent elles aussi à cause de l’aggravation de la récession.

grèce 2Face à cette déclaration de guerre, les mouvements sociaux européens doivent décréter une mobilisation générale en soutien au peuple grec. Au-delà de la solidarité internationale, il s’agit d’une cause immédiatement commune : la défaite du peuple grec rendrait plus difficile la résistance espagnole et ouvrirait la voie à la généralisation des plans d’hyper-austérité que veut imposer la dictature de la finance européenne. Les peuples n’ont pas à payer leur faillite.

Vendredi dernier, ces mêmes institutions sont restées intransigeantes dans les négociations: application des politiques néolibérales ou rien. Le gouvernement grec ayant décidé de soumettre le projet d’accord au vote, l’Eurogroupe a réagi immédiatement en coupant les vivres le 30 juin, qualifiant le référendum grec de  » coup de force  » et en excluant le ministre grec des finances de la réunion ! Les masques sont tombés. Les dirigeants européens sont prêts à tout, y compris au mépris de l’expression populaire, pour empêcher la mise en place d’autres politiques que celle de l’austérité.
Vendredi 3 juillet ( à partir de 17 heures ) Place du Ralliement :  soufflons de concert sur la flamme de la résistance grecque !

grèce1