Le progrès, c’est par où ? Mardi 1er novembre

Progrès, développement économique, croissance industrielle, avancée technologique, aménagement, modernité, innovation, confort…
Mais QUI se cache donc derrière tous ces mots ?

progresCette notion de « progrès » divise, c’est le moins qu’on puisse dire !
Rappelez-vous la déclaration de François Hollande à propos du mouvement d’opposition au projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes : « Avant la radicalité, c’était l’usine, qui ne devait pas fermer, un conflit lié au travail… Maintenant, c’est : on ne veut pas du progrès. »
et comment en 2015, il lançait l’idée de rebaptiser le Parti socialiste « Parti du progrès »
ps-progresMardi 1er novembre à partir de 19h30 au bar Le Challenge ( 12 place Mendès France ), Pierre Thiesset, journaliste à La Décroissance et cofondateur des Éditions Le Pas de côté sera notre invité pour ce nouveau Café repaire et nous donnera aussi sa vision du « progrès ».
Pour assurer un échange pluriel et ouvert, nous avons proposé aux formations politiques locales, tous bords confondus, de participer à ce débat public afin qu’elles puissent faire entendre éventuellement une approche différente, une autre conception du progrès.
Seront donc présents les représentants angevins du PS, du PCF, d’EELV, du PG et du NPA. ( seul le PR local n’a pas daigné ne serait-ce que répondre à l’invitation ; pourtant, l’actuelle équipe municipale n’a de cesse de faire les louanges du « progrès » à travers entre autres sa merveilleuse Cité de l’objet connecté… )

progres2

Une première approche de Pierre Thiesset dans le recueil de textes collectif Le Progrès m’a tuer :
Le dérèglement climatique s’accélère. Les glaces fondent. Les océans s’acidifient. Le niveau des mers monte. La maison brûle… Alors que les rapports sur les ravages environnementaux se font de plus en plus alarmistes, institutions internationales et États appellent à la mobilisation générale pour faire face au « défi » climatique. Leur plan d’urgence ? Accélérer l’innovation technologique pour rendre le développement plus durable. Leur écologie est en fait une opportunité pour conforter le système industriel et intensifier la marchandisation du monde.
En quatre décennies, ce programme a pourtant fait la preuve de son échec. Le développement durable n’a pas eu lieu. Il n’y a pas de croissance verte. L’expansion économique se nourrit d’une quantité sans cesse accrue d’énergie et émet toujours plus de pollution. Nous ne pouvons pas prétendre préserver la nature et l’homme sans nous attaquer à cette dynamique.
C’est pourquoi notre écologie, elle, porte un projet de rupture radicale : elle remet en cause le capitalisme, le déferlement technologique, l’organisation industrielle, l’impératif de croissance, un certain mode de vie et d’être. De sensibilités diverses, mais partageant tous cette perspective, les auteurs réunis ici, grandes voix critiques venues des quatre coins du monde, appellent à rejeter l’idéologie destructrice du Progrès.
progres-2
A lire aussi, une interview de Pierre Thiesset qui n’exempte pas la gauche de critiques bien évidemment  : La gauche reste cramponnée à ses vieilles lunes productivistes.

progres4

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Une réflexion sur « Le progrès, c’est par où ? Mardi 1er novembre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s